Actu'Décalée

Des produits toxiques à évacuer au Port de Douala

douane-bangui-Tchad-au-port-de-Douala-Cameroun-conteneurs-Dédouanement

Constat du ministre des Transports, en visite d’inspection sur la place portuaire mercredi. « Produits dangereux abandonnés. Toutes classes confondues. Danger ». « Gaz inflammable plus gaz comprimé ». « Matière toxique. Classe 6 ».

Les différents avis placardés dans ce magasin justifient bien son nom, le Parc à matières dangereuses. C’est par cet endroit que le ministre des Transports a entamé mercredi, 15 juillet, sa visite d’inspection au port de Douala. Arborant un masque de protection, comme nombre de membres de sa délégation, Robert Nkili a appris que certains des produits entreposés là ont été abandonnés par ceux qui les ont importés, et ce depuis plusieurs années. C’est un peu comme avec les containers, sauf qu’ici les matières sont dangereuses. Toxiques, voire explosives. « Ce sont surtout des liquides inflammables », apprendra le ministre d’un responsable de syndicat d’acconiers, qui ajoute que « certains de ces produits ont dépassé leur date de péremption ».

Selon le Dg du Port autonome de Douala (Pad), Emmanuel Etoundi Oyono, les importateurs de ces produits doivent être mis à contribution pour leur enlèvement, afin de « libérer et de sécuriser » cet espace. Cela dit, l’opération devra aussi impliquer des administrations comme le ministère en charge des Mines et celui en charge de l’Environnement et de la Protection de la nature. Pour le ministre des Transports, pareille opération doit être bouclée au plus vite.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La délégation du Mint s’est ensuite rendue dans différents magasins de riz, entrepôts de taille respectables, où des sacs sont empilés par milliers. Mais bien rangés, sans gêner la circulation des hommes ou des engins dans l’espace. « Vous voyez ? C’est décongestionné », lancera le Dg du Pad à la cantonade.

Au Terminal fruitier, étape suivante, Robert Nkili se fera expliquer la gestion de l’espace, et assistera à une démonstration d’engins de manutention. « Ce terminal a engagé un programme de modernisation », expliquera Emmanuel Etoundi Oyono au ministre des Transports.

D’autres explications seront données sur le site du Quai 51 en réfection, à un tout autre endroit du port. Un quai dédié au gaz et au bitume, et dont la complexité de l’opération en cours consiste en ce que « ce n’est pas un nouveau quai, il faut le reconstruire tout en l’exploitant », explication de Charles Moukoko Njoh, Dga du Pad. La suite du programme du ministre des Transports hier prévoyait une visite des installations de la Douala International Terminal (Dit), du Parc à bois et du quai de la cimenterie Dangote.

Alliance NYOBIA

Populaires cette semaine

To Top