Features

Des milliers d`islamistes de Boko Haram en errance dans le lac Tchad

boko-haram-instabilité-autorités-Tolkomari

Des milliers de combattants de la secte islamiste, affaiblis, errent avec femmes et enfants dans une forêt, dans la zone du lac Tchad, à proximité de la frontière camerounaise (sources communautaires). Des milliers de combattants de la secte islamiste nigériane Boko Haram affaiblis par l`offensive menée par les armées tchadienne, nigériane, camerounaise et nigérienne errent avec femmes et enfants dans une forêt du Nigeria dans la zone du lac Tchad, à proximité de la frontière camerounaise, rapportent des sources communautaires et sécuritaires camerounaises.

« Les Boko Haram sont devenus fous. Ils sont dans la nature, avec leurs femmes et leurs enfants, sans savoir où aller. Il y a la famine qui les ronge. Ils ont des voitures et des armes, mais ils n`ont pas assez de munitions, d`après les informations que laissent échapper certains d`entre eux », a témoigné sous couvert d` anonymat une source communautaire de l`Extrême-Nord du Cameroun jointe par Xinhua vendredi.

L`information est confirmée par des sources sécuritaires camerounaises qui estiment à plus de 3.000 le nombre d`islamistes retranchés dans une forêt de Goré Fadje, un village nigérian de la zone du lac Tchad, proche de la frontière camerounaise.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Ils restent à l`air libre sous des arbres ou sous des tentes qu`ils ont installées. Ils se déplacent peu. Là où ils sont, ils savent que c`est fini pour eux, qu`ils seront tués », a indiqué la source communautaire, proche des Kanuri, la tribu d`Abubakar Skekau, le leader de Boko Haram né d`une mère originaire de Maroua, la principale ville de l`Extrême-Nord du Cameroun, à en croire certaines informations.

Cette présence est signalée depuis environ une semaine et en prévision de nouvelles attaques, l`armée camerounaise a envoyé des renforts pour sécuriser la frontière, laisse-t-on entendre au sein du dispositif opérationnel spécial mis en place depuis un an pour juguler la menace terroriste.

Depuis l`intervention des forces tchadiennes aux côtés du Cameroun et du Nigeria en janvier, Boko Haram a enregistré de nombreuses défections dans ses rangs. Beaucoup de ses membres auraient fui vers le Soudan et la République centrafricaine (RCA), à en croire les rapports des services de renseignements.

Xinhua

Populaires cette semaine

To Top