Features

Des mesures contre la menace des Inondations à Douala

inondations_douala_Enfants

Nettoyage des drains et libération forcée et immédiate des zones à risque prescrits lors d’une réunion tenue dimanche. Le gouverneur de la région du Littoral, Joseph Beti Assomo, a fait part de son inquiétude dimanche 21 juin lors de la réunion d’évaluation des inondations survenues la veille dans la ville de Douala.

« Nous vivons et habitons tous Douala. Il est tombé un niveau d’eau inhabituel, un véritable déluge, des pluies qui ont eu pour conséquence d’importants dégâts matériels et des pertes en vie humaines, des enfants en l’occurrence. Les rivières sont sorties de leur lit, occasionnant des inondations spectaculaires ». Après avoir rappelé ce scénario terrible, le gouverneur a instruit le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, Fritz Ntonè Ntonè, et les sous-préfets de cinq arrondissements (Douala 1 à V), d’engager une opération de libération forcée et immédiate des zones à risque dans la ville.

En outre, il a préconisé une opération spéciale d’investissement humain impliquant le nettoyage des drains et le dégagement des ouvrages d’assainissement. Les jeunes vacanciers doivent être mis à contribution avant les mois de juillet et août, période de grandes pluies, selon le gouverneur.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En troisième lieu, il faut en revenir à la sensibilisation. Joseph Beti Assomo a demandé d’éviter de transformer les rigoles en dépotoir. Le gouverneur a aussi insisté sur la remise en service du système d’alerte rapide, pour parer au plus pressé en cas de besoin. « Il y a urgence en la demeure », a-t-il affirmé. De la réunion de dimanche il ressort également que si les cinq arrondissements ont souffert des inondations de samedi, la situation la plus alarmante est celle de Douala 5.

Cet arrondissement est en effet traversé par toutes les rivières qui sont sorties de leur lit, abrite la quasi-totalité des drains bouchés, et compte quelque 1500 familles qui ont été relogées en attendant que le niveau d’eau baisse. Mais dans cette commune, on compte de nombreuses constructions anarchiques, installées pour la plupart dans des zones non constructibles. Le délégué du gouvernement, qui assistait à cette réunion de crise, a fait savoir que Douala n’est pas gâtée au plan géographique et climatique. La cité est quasiment au niveau de la mer et la pression démographique est telle que les problèmes sociaux, économiques, d’incivisme, de désordre urbain, se posent avec acuité. Autant de défis à relever…

Mireille ONANA MEBENGA

Populaires cette semaine

To Top