Features

Des malfrats et trafiquants de drogues arrêtés suite au bouclage de certains quartiers de Douala

Ngaoundéré-adolescents-gang-braqueurs-coupeurs-arrêtés-malfrats-détenu-Boko-haram-interpellées-Arnaque

L’opération qui a abouti au démantèlement d’un important réseau de vente de stupéfiants a été conduite sur le terrain par Raymond Essogo, le Délégué régional de la sureté national (Dgsn) pour le Littoral.

Quatre quartiers populeux de la ville de Douala à savoir Makea, Ndogpassi, New Bell et Nkololoun ont été passés au peigne fin aux premières heures du dimanche 09 août 2015 par plusieurs policiers conduits par Raymond Essogo, le délégué régional de la sureté nationale (Dgsn) pour le Littoral. L’information contenue dans le quotidien gouvernemental Cameroon tribune, édition du jeudi 13 août 2015, fait état de 19 personnes interpellées dont les nommés Ayuk Stella, Ali Garba, Jules Lakoudi et Happi Henry ; ainsi que de nombreux articles d’origines douteuses sans reçus ni factures saisis. Au rang de ces objets, figuraient entre autres: des appareils de musique et divers appareils électriques, un stéthoscope, des rouleaux de tissu, des cartons de bouteilles de gaz, des sacs, des plaques à gaz ainsi qu’un sac contenant des téléphones portables d’origine douteuse.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il a également été trouvé entre les mains de quelques unes des 19 personnes actuellement en garde à vue, des drogues illicites à l’instar de  la cocaïne, le cannabis et l’héroïne.

Conduits au Groupement mobile d’intervention (GMI) n°2 de Douala dans le département du Wouri, région du Littoral pour exploitation, les suspects ont ensuite été transférés, d’après le journal, à la police judiciaire pour un nouvel interrogatoire.

Les forces de l’ordre ont également signalé au reporter de Cameroon Tribune l’arrestation par les éléments des ESIR (Equipes spéciales d’intervention rapide), de cinq adolescents au quartier Ndoba par Bonaberi, en possession de 24 paquets de cannabis, 03 paquets de cocaïne et de faux billets en coupures de 1 000 FCFA et 2 000 FCFA. Ces derniers ont été conduits dans les locaux du commissariat central de police n°3 de Douala.

Les enquêtes se poursuivent pour remonter la filière jusqu’à la source.

Patrick Dongo

Populaires cette semaine

To Top