Features

Des inondations jettent dans la rue 200 personnes à Maga (Nord)

inondations-digue_de_maga_ext_nord

Les fortes pluies qui se sont abattues le 25 septembre dernier sont à l’origine du sinistre. Les populations de la localité de Mourla et les villages environnants, situés dans le canton de Pouss, arrondissement de Maga ont perdu le sommeil depuis le 25 septembre 2015.

En effet, le journal L’œil du Sahel  édition du lundi 28 septembre 2015 qui cite des sources locales, rapporte que « les inondations survenues dans l’après midi du vendredi, 25 septembre 2015 ont détruit plus de 45 maisons, faisant ainsi près de 200 personnes sans abris ».

La forte pluie qui s’est abattue dans ses localités, entraînant la sortie des eaux du fleuve Logone de leur lit est à l’origine du sinistre.  Selon le journal, les villages les plus touchés sont Nihiria, Gozom , Gobo et Bari.  Un riverain explique « les eaux ont débordé la digue le long du fleuve Logone sur une distance de plus de dix kilomètres. Avec l’usure du temps, cette partie de la digue est devenue très basse. Quand il y a des fortes pluies qui sont censées partir au tchad, elles se reversent sur la digue, car du coté du Tchad, on a construit une digue  route solide ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Ces inondations sont la conséquence de négligence des autorités administratives et de la semry. Cette partie de la digue  qui est aujourd’hui sous les eaux n’a jamais été réhabilitée par la Semry depuis sa construction en 1978. C’est bien dommage ça », fulmine le même riverain.

Dans leur furie, les inondations ont également emporté d’importantes quantités de denrées alimentaires, du bétail et détruit plusieurs plantations de riz. Le sous- préfet de Maga, Abdoulaye Oumarou  qui a été joint au téléphone par le journal, affirme avoir «  demandé aux populations de libérer les lieux pour éviter le pire ».

Le préfet du département du Mayo Danay, Simon Kwenti Doh  a quant à lui «  apporter son réconfort aux populations sinistrées ». Il a  mis sur pied un comité de crise « chargé de recenser les sinistrés et de déguerpir les populations installées dans les zones à risques ».

En attendant des mesures efficaces, la commune a offert plus de 2000 sacs vides et la sous préfecture, 15 ballons de sacs vides. « Les populations se sont ainsi massivement mis à l’œuvre pour remplir les sacs vides de sable et maitriser les eaux », relève le journal.

Béatrice Kazé

Populaires cette semaine

To Top