Features

Des Indiens pour produire 50 000m3 d’eau potable par jour

l'eau-potable-water-Yaoundé-Sanaga

C’est le projet supporté par le groupe indien Impérial holding limited (Ihl), qui entend construire dans une mesure d’urgence, une station visant à booster  la fourniture d’eau potable à Yaoundé.

Un semestre. C’est l’échéance que s’est fixé Ihl pour augmenter la production d’eau dans la ville de Yaoundé. Après la mise en service récente de l’usine de la Mefou qui a été construite avec le concours financier de l’Afd (Agence française de développement) et de la Bei (Banque européenne d’investissement) et qui a permis de donner aux populations de la capitale 50 000m3 supplémentaires par jour, c’est au tour de la Impérial Holding limited (Ihl), un groupe indien, de faire ses preuves. Lundi 1er décembre 2014, la salle de conférence flambant neuve du ministère de l’Eau et de l’Energie de l’immeuble de l’émergence a abrité la signature d’un contrat de partenariat relatif au renforcement de l’approvisionnement en eau potable dans la ville de Yaoundé en mesure d’urgence. Contrat signé entre Basile Atangana Kouna, ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee) d’une part et D. Vaibhav, directeur général d’Ihl.

C’est d’après le Minee, l’aboutissement d’un long processus qui a commencé par la signature d’un Memorandum of understanding (Mou) le 22 février 2013 suivi d’un Protocole d’entente signé le 31 décembre 2013 et de nombreuses concertations, à l’effet de s’accorder sur les principaux aspects techniques, économiques, financiers et juridiques du projet. C’est donc désormais chose faite. Le projet permettra de doter Yaoundé d’une production additionnelle de 50 000m3 d’eau par jour et aussi, de fournir 2 000m3 d’eau potable par jour en bidon de 20 litres. Le liquide produit par l’Ihl dans sa station d’eau, sera directement acheminé dans le réseau Camwater, pour pallier les multiples problèmes de déficit en eau potable.

75 millions d’euros

Pour ce qui est de l’eau contenue dans les bidons recyclables et biodégradables d’Ihl, « ils serviront à desservir les zones enclavées, non encore couverts par le réseau de la Camwater. Et seront également d’une grande aide lors des sinistres et autres cas de forces majeures comme cela a récemment été observé dans le grand-Nord », explique le directeur de Ihl.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les premières étapes de la production, consisteront donc dans les jours à venir à la préparation d’un espace  de 40 hectares cédé  par le gouvernement et situé dans la zone de Nkol-Mefou à quelques Km de Yaoundé. Ensuite, suivra la construction des bâtiments d’environ 5 000m2, les infrastructures de support (bureaux, cantine, dispensaire, logements pour le personnel), la construction des bacs de stockages et installation de pompes, l’importation des machines et équipements de traitement, l’installation des unités de filtration et de purification et accessoires et stockages. Il faudra également procéder à la préforme et la fabrication de bouteilles en plastiques et des lignes de productions pour la mise en bouteilles des bidons de 20 litres, recruter et former le personnel camerounais (500 emplois directs et indirects).

Le Minee a vu en ce projet, « la volonté du gouvernement de résoudre définitivement les problèmes d’alimentation en eau potable dans les différentes villes du pays en général et à Yaoundé en particulier où les populations ont souvent souffert des coupures d’eau ces derniers temps ». Plusieurs autres chantiers sont également en cours sur l’ensemble du territoire national en vue de la construction de nouveaux systèmes d’adduction d’eau potable. c’est le cas des 52 centres financés par la coopération belge, des 18 centres sur financement de la Bad, et des travaux de réhabilitation de certaines stations de traitements existant dans le cadre du Pdue sur financement Banque mondiale. De l’amélioration de l’alimentation en eau potable de la ville de Douala avec des travaux de l’usine de Yato phase 2 financés par la coopération chinoise, pour ne citer que ces quelques cas. Le projet de renforcement de l’approvisionnement en eau potable dans la ville de Yaoundé en mesure d’urgence est entièrement financée à hauteur de 75 millions d’euros par  Ihl qui exploitera en retour le site pendant 15 ans, avant de le rétrocéder définitivement à l’Etat du Cameroun.

En rappel, le déficit à combler en eau présentement à Yaoundé est de 150 000 m3. Avec l’offre de l’Ihl, il devrait passer à 100 000 m3. Donc l’Etat devra trouver les stratégies, à termes, pour combler ce nouveau gap.

© Florette MANEDONG | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top