Features

Des drains en mal de garde-fous à Douala

camer_douala_drains

Les populations ne sont pas toujours protégées face aux rivières qui traversent la ville.

« L’eau calme est toujours profonde ». Les propos sont de Camille Nyatcha, call boxeuse, installée non loin du drain Kondi. Cette rivière où un « cargo » a fini sa course folle et fait de nombreuses victimes il y a une semaine du côté de PK8 à Douala III. Depuis ce jour tragique, les riverains et les piétons redoublent de vigilance. Ils n’avaient pas, jusque-là, mesuré le danger encouru. Longer maintenant cette rivière fait peur. D’autant plus qu’on la dit bien profonde à cet endroit. « Il y a environ 20 mètres de profondeur », croit savoir un autre riverain, Paul Njock. Selon lui, le véritable problème c’est qu’il n’existe aucune protection pour les populations. Point de garde-fous pour parer à une éventuelle chute de passants ou d’automobilistes.

C’est le triste le constat que l’on fait sur la plupart des cours d’eau qui traversent de la ville de Douala. La majorité est dépourvue de balustrades, toutes ou presque présentent les mêmes caractéristiques. Elles longent les rues principales de la ville. Il y a le Mboppi, situé en plein centre du camp Yabassi, du côté de l’hôpital général, le drain Ngone, se trouve lui aussi sur un grand axe.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« En dehors du garde-fou inexistant, rien n’a été aménagé, même pas les trottoirs pour que nous puissions marcher aisément », explique Nicole Ndoh, qui vit du côté de Malanguè à côté de l’Hôpital général. Passants et automobilistes se côtoient sur la chaussée qui est d’ailleurs bien étroite. Les populations disent se trouver en insécurité. Le danger est permanent, elles ont peur pour leurs enfants. « Il y a eu des victimes. Des enfants qui sont tombés dans la rivière, à cause du manque de rambarde », expliquent-on ici.

Selon divers riverains, la chaussée devrait être surélevée, et la moindre des choses, c’est l’aménagement de garde-fous solides, pour protéger les passants. Pourtant c’est la promesse qui avait été faite par les autorités. Selon Joseph Kana, habitant du quartier PK8, les responsables de la Communauté urbaine de Douala (Cud) étaient descendus sur le terrain il y a des mois et avaient promis d’aménager le drain se trouvant du côté de Total Logbaba. Des garde-fous devaient être aménagés, mais rien n’a été fait jusqu’ici.

©Josy Mauger |Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top