Features

Des candidats au concours d’entrée dans la police devant le procureur pour faux

violation-Tribunal-SCDP-Fabien-Duplex-Ngongang-épervier-verdique-justice-prison-voiture-police-tcs-Samuel Eto’o

Certains documents de leurs dossiers présentaient des faux cachets et signatures.« A ce stade, aucune information ne peut être donnée à la presseCeux des candidats qui seraient reconnus coupables de complicité avec les faussaires seront poursuivis. Ceux dont la bonne foi pourrait être établie seront relaxés », ainsi parlait hier au reporter de CT Georges Gérard Meka, procureur de la République près le Tribunal de première instance du Mfoundi.

Une douzaine de candidats venait de lui être présentée sous bonne escorte de la police. Il leur est reproché la présentation dans leurs dossiers de concours de la police, des pièces administratives revêtues des sceaux non-authentiques : des certificats médicaux et des extraits de casiers judiciaires, notamment. Ces jeunes gens, filles et garçons, ont d’abord passé cinq jours dans les cellules du commissariat du premier arrondissement de Yaoundé. Certains ont été appréhendés mercredi dernier, d’autres le lendemain, jeudi.

Ils ont été interpellés par la police après le dépôt de leurs dossiers à l’Ecole nationale supérieure de police. Des sources policières expliquent qu’un dispositif sécuritaire est mis en place pour vérifier l’authenticité des pièces administratives demandées. L’interpellation des candidats concernés, soutient notre source, relève d’une procédure qui vise à remonter la filière des auteurs de ce faux et usage de faux. « Arrestation ou audition ne veut pas dire inculpation », relève notre source. Sauf que les familles sont interloquées et paniquent devant la procédure.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Une dame dont la fille fait partie de ces infortunés s’étonne que seuls les candidats répondent en ce moment devant la police et le procureur de la République. Notre informateur confie que trois faussaires sont, en ce moment, sous les verrous : Jacques Evina, Mvondo Oyono et Mispa Onanye Claire. Ils ont été transférés à la prison centrale de Yaoundé pour détention et usage de faux cachets. Ces inculpés, selon les sources policières, détenaient aussi des fausses fiches de renseignements des concours lancés par la police nationale.

Beaucoup de candidats pris par la police semblent avoir agi par ignorance et par naïveté. Plusieurs d’entre eux avouent avoir cédé à la facilité offerte par des vendeurs d’illusions (qu’ils prenaient pour des personnes de bonne foi) qui écument les alentours des bureaux administratifs proposant d’utiliser leur entregent pour signer rapidement des documents contre une petite récompense pécuniaire. Malheureusement, ces « facilitateurs » détiennent des faux cachets qu’ils apposent sur les pièces à signer. Les candidats arrêtés, la semaine dernière attendaient t hier chacun son sort.

Camerounlink

Populaires cette semaine

To Top