Mboa'Actu

Des camerounais marchent à Yaoundé pour soutenir leur armée

femme-Yaounde-Capitale-bars-Cameroun-Opération-épervier-attentats

Des dizaines de Camerounais sont descendus dans la rue mercredi à Yaoundé pour dénoncer les tueries des islamistes armés nigérians.

Les manifestants n’étaient pas très nombreux, quelques dizaines, mais le symbole était fort. Il s’agit de la première marche dans le pays depuis que l’armée s’est engagée en juin 2014 dans une lutte sans merci contre Boko Haram dans l’extrême-nord du Cameroun, où les islamistes multiplient des attaques contre civils et militaires.

Elle a aussi été organisée au lendemain de la revendication par le chef du groupe, Abubakar Shekau, des tueries perpétrées lors de la prise de la ville de Baga, au Nigeria, début janvier. «Nous avons tué le peuple de Baga. Nous les avons en effet tués, comme notre Dieu nous a demandé de le faire dans Son Livre», se vante Abubakar Shekau, dans une vidéo de 35 minutes publiée mardi soir sur YouTube.

Dans cette diatribe, il s’en prend également aux chefs d’Etat de la région – dont le président camerounais Paul Biya accusé d’être un couard – et les met au défi de l’attaquer.

Dans la capitale camerounaise, les manifestants ont marché sur près de 500 mètres sur l’avenue conduisant à l’Assemblée nationale, avant de poser une gerbe de fleurs et des bougies au pied d’un monument aux morts en mémoire des soldats camerounais tués au combat sur divers fronts, dont celui de la presqu’île de Bakassi(sud-ouest) lors du conflit qui a opposé Yaoundé à Lagos dans les années 90 sur la souveraineté de ce territoire.

En soutien à l’armée

Soutien et encouragements aux forces de défense et de sécurité dans la lutte contre Boko Haram, pouvait-on lire sur l’une des banderoles portées par des manifestants.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«Ensemble derrière nos braves soldats», «Boko Haram dégage», «Je suis Kolofata» (localité de l’extrême-nord du Cameroun prise pour cible à plusieurs reprises de raids de Boko Haram), pouvait-on également lire sur des affiches brandies par des manifestants.

«Nous avons initié cette manifestation pour rendre hommage à ceux (des soldats) qui sont tombés sur le champ d’honneur pour la défense de la patrie», a affirmé à l’AFP, au terme de la marche, l’un de ses promoteurs, Denis Atangana, responsable d’une organisation de jeunes à l’origine de cette initiative.

«Nous voulons aussi encourager et soutenir ceux qui sont au front pour la défense de la patrie afin qu’ils sachent que la Nation est derrière eux», a-t-il assuré, quelques heures avant que la présidence camerounaise n’annonce la libération d’un otage allemand enlevé en juillet 2014 par Boko Haram au cours d’une opération de l’armée camerounaise avec le soutien «de pays amis».

Des milliers de morts

Depuis des mois, Boko Haram multiplie des attaques contre des cibles civiles et militaires dans l’extrême-nord du Cameroun. Une quarantaine de militaires camerounais ont déjà perdu la vie dans cette région. L’armée affirme elle avoir tué plusieurs centaines d’islamistes depuis que le conflit a débuté. Aucun bilan de source indépendante n’est toutefois disponible.

L’insurrection de Boko Haram a fait plus de 13’000 morts au Nigeria et 1,5 million de déplacés depuis son début en 2009.

Par © AFP

Populaires cette semaine

To Top