Features

Des cadavres de condamnés à mort recyclés en produits de beauté pour l’’Europe

des-cadavres-recycles-pour-creer-des-produits-de-beaute-

Après la viande de cheval dans les plats surgelés et la matière fécale dans la nourriture Ikéa… Voici une révélation qui fait froid dans le dos. Une enquête a révélé l’ingrédient secret de certains produits cosmétiques chinois : des morceaux de peau humaine.

Déjà beaucoup critiqué dans des affaires de plomb retrouvé dans les jouets pour enfant, le fameux « made in China » risque d’en prendre un coup. Selon une enquête réalisée par des journalistes du quotidien anglais The Guardian, des morceaux de peau humaine, issus des restes de condamnés à mort en Chine, sont utilisés dans la production de produits cosmétiques vendus en Europe. En revanche l’enquête ne dit pas si ces produits ne sont encore qu’à l’état de recherche où s’ils sont déjà commercialisés et dans quels produits exactement se trouvent les cellules humaines.

« Il est encore incertain de savoir si des produits comme le collagène disponibles au Royaume-Uni ou sur Internet sont fabriqués par cette entreprise qui, pour des raisons légales ne peut être identifiée« , expliquent les journalistes. « Il est également incertain de savoir si le collagène à base de la peau de prisonniers est encore à un stade de recherche ou à un stade de production en masse. En tout cas, The Guardian a appris que l’entreprise a déjà exporté des produits à base de collagène au Royaume-Uni par le passé« .

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

C’est un procédé apparemment ancestral et « traditionnel » en Chine qui vise à récolter des cellules de collagène dans des tissus des cadavres des condamnés à mort. Le collagène est l’un des principes actifs numéro un de beaucoup de produits anti-âge ou anti-ride.  Il est également possible de se le faire injecter directement sous la peau du visage pour combler les rides et crevasses dues à la vieillesse. N’importe qui pourrait alors avoir été en contact avec ces ingrédients très spéciaux.

Le problème c’est qu’aucune institution de surveillance sanitaire n’est encore en place pour surveiller ce genre de produits spécifiquement, notamment pour les injections de collagène. Un projet de loi est dans les tiroirs de l’Union Européenne, mais ne pourrait entrer en vigueur que d’ici quelques années seulement. Peut-être que ces révélations pourraient accélérer les choses.

Source : soocurious.com

Source link

Populaires cette semaine

To Top