Economie

Dès 2017, le Cameroun produira annuellement 1,2 million de tonnes de gaz naturel liquéfié

Une-usine-flottante-de-gaz-naturel-kribi

Le pays a signé mercredi à Yaoundé, une convention gazière avec le consortium SNH/Perenco Cameroon/Golar Cameroon/Golar Hilli pour l’installation et l’exploitation d’une usine flottante de liquéfaction de gaz naturel.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le pays a signé mercredi à Yaoundé, une convention gazière avec le consortium SNH/Perenco Cameroon/Golar Cameroon/Golar Hilli pour l’installation et l’exploitation d’une usine flottante de liquéfaction de gaz naturel.
Le Cameroun produira dès 2017 du gaz naturel liquéfié. Une usine de liquéfaction flottante sera implantée sur le  méthanier (navire conçu pour le transport du gaz naturel liquéfié) de la société Golar Hilli Corporation (maison-mère de Golar Cameroon) au large de Kribi.
C’est l’objet d’une convention signé mercredi 30 septembre 2015, entre l’Etat du Cameroun, représenté par le ministre de l’Eau et de l’Energie, Basile Atangana Kouna, l’administrateur directeur général de la Société Nationale des Hydrocarbures (SNH), Adolphe Moudiki, et le directeur général de Perenco Cameroon, Benoît de la Fouchardière et le président directeur général du groupe Golar, Gary Smith.
Selon le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune en kiosque jeudi, les travaux ont déjà commencé et se poursuivent actuellement dans les chantiers navals de Keppel à Singapour. Les investissements consacrés par Golar pour la conversion de ce navire sont évalués à 1,3 milliard de dollars US, soit environ 760 milliards de F. L’usine qui sera installée au large de Kribiproduira chaque année 1,2 million de tonnes de gaz naturel liquéfié. Les premières tonnes destinées à l’exportation sont annoncées pour la mi-2017. Outre le gaz naturel liquéfié, il est également attendu la production de 30 000 tonnes de gaz domestique par an, sur le site de Bipaga et de 5 000 barils de pétrole brut très léger (condensats) par jour.
Cameroon Tribune rapporte que la convention gazière signée hier a une durée de 10 ans, extensible sur accord des parties. Soit deux ans pour la période d’installation et huit ans pour l’exploitation. A côté des recettes issues de la vente des hydrocarbures, ajoutées aux impôts et autres taxes à payer par les sociétés concernées et reversées au Trésor public, le projet est une aubaine pour le secteur privé.

En effet, l’installation de cette usine offre des opportunités d’affaires pour les entreprises camerounaises avec des travaux de plus de 75 milliards de F à leur confier. De plus, la production de gaz domestique va permettre de relever l’offre nationale et par effet d’entraînement, de réduire les quantités importées actuellement. Ce sont aussi 1000 emplois directs qui seront créés pendant la phase de construction des infrastructures gazières en amont et 100 emplois directs pendant l’exploitation.

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top