Features

Débrouillardise : Le commerce change de visage

Commerce-manuels-scolaires

A l’approche de cette rentrée scolaire, beaucoup de jeunes commerçants ont migré dans la vente des fournitures scolaires. La rentrée scolaire qui approche à grands pas a assurément changé les habitudes commerciales de nombreux vacanciers. En effet, la plupart des activités actuelles sont tournées vers les préparatifs de la rentrée scolaire.

Entre toutes, le commerce des sacs scolaires est le plus prisé. Et beaucoup de jeunes scolarisés s’y sont investis pendant cette période de vacances. C’est le cas du jeune Delamo Kuete, élève en classe de 2nde au lycée de Bambi dans l’arrondissement de Mbouda. Futé, le jeune homme de 18 ans s’est lancé dans la vente des cartables en ce début du mois d’août. «Au début des vacances, je vendais des grillages. Mais avec l’arrivée imminente de la rentrée scolaire, je me suis lancé dans le commerce des sacs d’écoliers », dit-il.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour Delamo, ce changement n’est pas regrettable. Le jeune homme fait plutôt de bonnes affaires avec ses sacs. « C’est le moment où les parents commencent à préparer la rentrée des enfants. Et cela m’est bénéfique parce que mes sacs passent sur le marché », affirme-t-il. Ses aveux sont loin d’être un leurre car le jeune vacancier obtient un bénéfice assez important oscillant entre 3000 et 4000 Fcfa par jour. De quoi récompenser les efforts qu’il aura fourni pendant les classes pour avoir le capital de sa marchandise.« J’ai eu le capital pour mon fond de commerce pendant que j’allais à l’école. Après les cours, j’allais concasser les pierres et j’amassais de l’argent pour les vacances.», ajoute Delamo.

Au cours de la journée, Delamo Kuete comme tous les autres commerçants ambulants, sillonne les rues et quartiers de la ville de Yaoundé. Objectif, écouler autant de sacs que possible, quitte à aller trouver les clients à domicile. Les sacs scolaires se vendent en fonction de leur qualité, nous confie l’élève qui se ravitaille dans les marchés et magasins de la ville de Yaoundé. Le prix de ses sacs est compris entre 3000 et 4500 Fcfa. Mais il avoue que ses sacs, de qualité chinoise en majorité et pas très solide, ne font pas le « poids » avec ceux de qualité plus résistante.

Franck Evina

Populaires cette semaine

To Top