Features

De nouveaux responsables militaires aux commandes dans le Littoral

Joseph-Beti-Assomo-Défense-soldats-militaires

Ils sont quatre, dont le commandant des Forces de surface et celui de la Base aérienne de Douala à avoir été installés hier par le MINDEF, Joseph Beti Assomo.

C’est la place des fêtes de la vallée de la Besseke qui a accueilli Joseph Beti Assomo pour son retour dans la capitale économique, Douala. Après les actes présidentiels des 27 novembre 2015 et 17 février 2016, le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense y a installé les nouveaux responsables militaires nommés ici. Quatre responsables y ont pris leurs fonctions. Il s’agit du capitaine de vaisseau Hamadou Lame, 50 ans, nouveau commandant des Forces de surface (COMFORSUR), du colonel Joachim Bienvenu Mbolo à la tête de la Base aérienne 201, du lieutenant-colonel Jean Paul Ebogo appelé à diriger le 21e Régiment du Génie militaire (21e Regen) et du colonel Jonas Médard Togolo promu chef de la division région des Anciens combattants et victimes de guerre. Le premier à prendre le commandement a été le commandant du 21e Regen, suivi du colonel Joachim Mbolo sous la houlette du général de division Saly Mohamadou, commandant de la 2e Région militaire interarmées (RMIA2) et commandant d’armes de la place de Douala. Ils ont été suivis par le capitaine de vaisseau Lamé et du colonel Togolo, installés par le MINDEF.

Il s’agit pour l’essentiel, d’officiers supérieurs qui prennent les commandes de structures qu’ils connaissent parfaitement pour y avoir exercé auparavant. Néanmoins, Joseph Beti Assomo les a invités à bien vouloir appréhender le nouvel environnement dans lequel ils sont désormais appelés à travailler, au regard, a-t-il indiqué, de la position stratégique de la ville de Douala dans le tissu économique camerounais et de la sous-région, notamment pour les pays ne disposant pas de façade maritime. Mais aussi de l’environnement sécuritaire qui est désormais celui de notre pays. Environnement marqué par la lutte contre le terrorisme, le grand banditisme et d’autres formes de menaces. Pour y réussir, ils doivent travailler en parfaite harmonie avec les responsables des autres forces et les autorités administratives et judiciaires de la ville de Douala en particulier et de la région du Littoral en général. Le commandant du 21e Régiment du Génie militaire devra en particulier veiller sur les nombreux chantiers que conduit cette structure ici, tandis que le colonel Togolo a été appelé à mettre l’accent sur le respect des droits des anciens combattants ainsi que de leurs ayant-droits.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La nomination de ces nouveaux responsables participe, selon le MINDEF, du constant souci du chef de l’Etat, chef des armées «d’optimiser toujours davantage les capacités opérationnelles de nos forces de défense ». Pour lui, la jubilation des nouveaux promus et de leurs proches, certes légitime, doit désormais laisser la place au travail. « Je voudrais vous demander de garder la tête froide et de vous consacrer avec rigueur, méthode et détermination à vos nouvelles fonctions ». Les nouveaux responsables ont été appelés à veiller sur le moral et l’état d’esprit des hommes. « Soyez sans pitié ni état d’âme… Il importe que la discipline reste la force principale de nos armées », a martelé Joseph Beti Assomo. Toutefois, il les assuré du soutien du haut commandement pour la réussite de leur mission.

Avant le MINDEF, c’est le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala qui a pris la parole. Fritz Ntonè Ntonè a dit la joie de la ville, dont il est le premier magistrat municipal, à accueillir Joseph Beti Assomo dans une cité qu’il connaît bien. Il lui a demandé de transmettre au président de la République la gratitude des populations de Douala pour toute l’attention dont la capitale économique est l’objet de sa part.

La cérémonie se déroulait en présence du tout Douala administratif, politique et économique sous la conduite du gouverneur Samuel Dieudonné Ivaha Diboua et du gratin militaire, avec en tête le général de corps d’armées, chef d’état-major des armées, René Claude Meka. Une cérémonie qui marquait le début d’une série au sein de la RMIA2.

Jean Francis BELIBI

Populaires cette semaine

To Top