Features

Décès du footballeur Albert Ebossè: La compassion du chef de l’Etat

ssa-tchiroma-Bakary-Télévision-confťrence-de-presse-communication

Le propos liminaire du ministre de la Communication (Issa Tchiroma Bakary) lors du point de presse donné hier à Yaoundé.

«Monsieur le ministre des Sports et de l’Education physique,

Monsieur le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de Football,

Monsieur le secrétaire général du ministère des Sports et de l’Education physique,

Monsieur le secrétaire général du ministère de la Communication,

Monsieur l’inspecteur général,

Messieurs les conseillers techniques, Madame, Messieurs les inspecteurs, Madame,

Messieurs les directeurs et chefs de divisions,

Chers collaboratrices, chers collaborateurs,

Mesdames, Messieurs les journalistes, Chers invités,

Je vous souhaite à toutes et à tous la bienvenue dans cette salle de conférences de mon département ministériel, à l’occasion de notre échange de ce jour, qui porte sur le décès tragique de notre compatriote, le footballeur professionnel, Ebossè Bojongo Albert Dominique, sociétaire de la «Jeunesse Sportive de Kabylie», en abrégé «JSK», club de première division algérienne.

Mais, permettez-moi tout d’abord de saluer ici, la présence à mes côtés, de Monsieur le ministre des Sports et de l’Education physique, ainsi que celle de Monsieur le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de Football (FECAFOOT), qui, en raison de l’importance de cette actualité, ont bien voulu prendre de leur temps que nous savons précieux, pour se joindre à nous à l’occasion de cet échange.

Monsieur le ministre des Sports et de l’Education physique, Monsieur le président du Comité de normalisation de la FECAFOOT, soyez donc les bienvenus ici au ministère de la Communication.

Mesdames, Messieurs les journalistes, Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

Comme vous le savez donc, notre compatriote, Monsieur Ebossè Bojongo Albert Dominique, est décédé dans la nuit du samedi 23 août 2014 à 21 heures 30 minutes, au Centre Hospitalier Universitaire Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou, une ville située à 110 kilomètres environ à l’est d’Alger, la capitale de l’Algérie.

Sa dépouille a été ensuite transférée à l’Hôpital militaire de Aïn Naâdja à Alger, en attendant son rapatriement au Cameroun. Selon un communiqué rendu public par le Parquet près le Tribunal de Tizi-Ouzou, qui a annoncé les résultats préliminaires de l’autopsie ordonnée par ledit Parquet, le décès de Monsieur Ebossè est intervenu des suites d’un traumatisme causé par un objet contondant et tranchant, ayant provoqué une hémorragie interne du défunt.
Des sources concordantes sur le lieu du drame font état de ce que le footballeur camerounais, qui jouait au poste d’attaquant, a été atteint par le projectile fatal, alors qu’il regagnait les vestiaires en même temps que ses coéquipiers, à l’issue du match qui opposait son club, la JSK, à l’Union Sportive Médina d’Alger (USM).

Sans doute furieux de la défaite de leur club concédée à domicile lors de ce match considéré comme un derby, certains supporters de la JS Kabylie s’en sont pris aux joueurs de leur propre équipe, en lançant des projectiles dans leur direction.

C’est dans ces circonstances que notre compatriote a été touché, avant d’être transporté au Centre Hospitalier de Tizi-Ouzou, où il a rendu l’âme quelques instants après.

Né le 6 octobre 1989 à Douala, la victime était à peine âgée de 25 ans au moment de son décès.

Albert Ebossè signe sa première licence de footballeur au PMUC FC de Douala en 2004. Il est alors âgé de 15 ans seulement. L’année d’après, il passe au Mount Cameroon FC de Buea, où il restera jusqu’en 2006, avant de signer au Kumba Lakers.

En 2007, il effectue sa première expatriation au Gabon, par son transfert au SOGEA FC, club gabonais de première division.

De retour au Cameroun en 2008, il signe au Coton Sport de Garoua, puis revient en formation en 2009 au Friendship Football Academy.

La même année, il entre à l’Union Sportive de Douala, puis signe à l’Unisport du Haut Nkam en 2010, avant d’intégrer le Douala Athletic Club en 2011.

Il poursuit sa carrière à l’étranger en 2012 par le Pérak FA en Malaisie, où il n’évoluera que pendant une année, avant de rejoindre la JS Kabylie en 2013.

Champion du Cameroun en 2010 avec le Coton Sport de Garoua, il fait partie de la cuvée 2011 de l’Unisport du Haut Nkam qui parvient jusqu’à la finale de la coupe du Cameroun.

En 2014, il est finaliste de la coupe d’Algérie avec son club, la JSK, avant de terminer vice-champion d’Algérie la même année. Au terme de la même saison, il est consacré meilleur buteur du Championnat d’Algérie, avec 17 buts à son compteur.

Au cours de son ultime match de samedi dernier, Albert Ebossè aura été l’unique buteur pour le compte de son club, malgré sa défaite à domicile.

L’annonce de la mort tragique d’Albert Ebossè a provoqué une véritable onde de choc à travers le monde, au regard des circonstances dans lesquelles elle est intervenue.

Parlant de ce drame insoutenable, le ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, Monsieur Mohamed Tahmi, a dénoncé ce qu’il a qualifié de «crime».
Sortant de sa réserve, le ministre d’État, ministre algérien de l’Intérieur et des Collectivités locales, Monsieur Tayeb Belaïz, a exigé pour sa part, devant, je le cite « un acte qui couvre l’Algérie de honte, les sanctions les plus exemplaires », fin de citation.

Le président de la Fédération algérienne de Football (FAF), Monsieur Mohamed Raouraoua a exprimé sa stupéfaction, sa consternation et son indignation à la suite de cet acte qu’il a qualifié d’odieux et d’innommable, et souhaité que les auteurs soient sévèrement punis.

Le président de la Ligue de football professionnel (LFP) en Algérie, Monsieur Mahfoud Kerbadj, qui assistait au match en compagnie du nouveau sélectionneur de l’équipe nationale d’Algérie, Christian Gourcuff, a parlé d’une catastrophe pour le football algérien.

Déplorant cet acte de violence gratuite, le président de la Ligue de football professionnel d’Algérie s’est exprimé en ces termes, et je le cite: « Un geste malheureux a coûté la vie à un jeune joueur qui a, en une saison, conquis le cœur des milliers d’Algériens. II était talentueux, comme en témoigne son titre de meilleur buteur en 2013-2014. Il était aussi très apprécié par ses coéquipiers et ses adversaires d’un jour pour ses grandes qualités humaines», fin de citation.

Le président de la Ligue de football professionnel d’Algérie a ensuite poursuivi, je le cite à nouveau : « La Ligue considère que c’est un crime qui a été commis sur un terrain de football. Jeter une pierre sur des joueurs — car tous les joueurs ont été visés et pas uniquement Ebossè — est une chose inacceptable. Nous qui sommes Arabes et musulmans, et qui sommes censés bien accueillir les invités, avons donné une mauvaise image», fin de citation.

Le président de la JS Kabylie, Monsieur Moh Cherif Hannachi, n’a pas pu retenir ses larmes devant cette dure épreuve, aussi bien pour le club kabyle que pour la famille du défunt: «Je n’ai pas de mot pour exprimer ma douleur devant un tel acte. Le décès d’Ebossè nous a abattus», a-t-il dit en substance.

Sur les antennes de Radio Monte-Carlo Sport, le technicien français Rolland Cour-bis, qui entraîna l’USM Alger, lors de la saison 2012-2013, a tenu à rendre hommage, à sa manière et avec ses mots, à notre jeune compatriote, peu après l’annonce de son décès. Je le cite : « Je le connais très bien. C’est un super mec, adorable. C’est un joueur costaud comme pas possible. C’est un Tarzan, un gars généreux, volontaire, athlétique », fin de citation.

L’international français, Rio Antonio Zoba Mavuba, capitaine de l’Olympique Lillois, club de première ligue française, a exprimé son indignation sur son compte Twitter, en ces ternies : « Le football doit être une source d’émotion, mais jamais apporter une telle tristesse. Repose en paix Albert ».

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Monsieur Issa Hayatou, réagissant quelques instants après l’annonce du décès du joueur camerounais, s’est exprimé en ces termes, et je le cite: «Mes pensées vont d’abord à la famille et aux proches de ce jeune qui n’aspirait qu’à vivre paisiblement sa passion pour le football dont il avait fait son métier, ce qui l’a conduit à émigrer hors de son pays. Le football africain ne saurait être le terreau de quelque phénomène de hooliganisme que ce soit. Nous attendons quo des sanctions exemplaires soient prises, car la violence n’a pas sa place dans le football africain en particulier et le sport en général. Nous nous investirons avec la dernière énergie, pour éradiquer toute forme de violence ou de comportement antisportif sur les stades du Continent ».

Loin de l’arène du football, le décès de l’attaquant camerounais de la JS Kabylie a jeté l’émoi et la consternation au sein de la population algérienne. Des citoyens algériens interrogés à cet effet, sont restés sans voix: devant cette tragédie intervenue sur un terrain de football.

Depuis l’annonce de la disparition tragique d’Albert Ebossè, des centaines de ressortissants algériens affluent à l’Ambassade du Cameroun à Alger, pour témoigner leur compassion à la famille du défunt et au peuple camerounais tout entier. Preuve, s’il en était encore besoin, que le Cameroun est un pays aimé et respecté en Algérie.

Sur les antennes de Radio France Internationale (RFI), de nombreux auditeurs, toutes nationalités confondues, se sont exprimés dans le cadre de l’émission interactive «Appels sur l’actualité » du mardi 26 août 2014, pour dire leur tristesse et condamner à l’unanimité l’acte barbare qui a entraîné la mort d’Albert Ebossè.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

À l’initiative du public algérien, une page Facebook a été créée pour rendre hommage à l’attaquant camerounais. À la date de dimanche dernier, c’est-à-dire 24 heures seulement après le drame, cette page regroupait déjà plus de 30.000 personnes.

Lundi 25 août 2014, une manifestation publique a été organisée à Tizi-Ouzou, en hommage à notre compatriote Albert Ebossè. Plusieurs milliers d’Algériens, d’Africains et de sympathisants de diverses nationalités ont pris part à cette manifestation. Dans une déclaration rendue publique par voie de presse, l’ambassadeur du Cameroun en Algérie, Son Excellence Claude Joseph Mbafou s’est dit, et je le cite, « ému par les messages de condoléances et de sympathie qui affluent de partout », fin de citation. Il s’est félicité de la solidarité agissante des citoyens algériens, qui se tiennent aux côtés du Cameroun tout entier.

L’ambassadeur a, en outre, salué, je le cite à nouveau «la sollicitude du ministère des Affaires étrangères de la République algérienne démocratique et populaire», qui l’a assuré du réconfort du ministre algérien des Affaires étrangères, Son Excellence Ramtane Lamamra, mais aussi de la volonté des autorités algériennes de rechercher et de châtier les auteurs de ce crime.
Pour terminer, l’ambassadeur ‘du Cameroun en Algérie a invité la communauté camerounaise à faire preuve de maturité et d’indulgence, afin, a-t-il indiqué, je le cite « de faire honte aux tueurs et de préserver la mémoire d’Albert », fin de citation.

Sur place au Cameroun, le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), le Professeur Joseph Owona, a, dans une déclaration publiée le lundi 25 août 2014, demandé à son homologue le président de la Fédération algérienne de football, d’engager une enquête, afin de retrouver l’auteur du projectile qui a coûté la vie, samedi dernier, à notre compatriote, sociétaire de la JS Kabylie.

Il a exigé, je le cite « que le ou les responsables d’un tel acte horrible et lâche soient sévèrement punis », fin de citation, et donné toutes les assurances que la FECAFOOT restera disponible pour toute collaboration à toutes les étapes de ce processus.

Le président du Comité de normalisation de la FECAFOOT a en outre ajouté que, je le cite à nouveau: « La famille camerounaise du football et la nation toute entière pleurent la perte d’un si jeune talent, sauvagement tué, alors qu’il vivait son rêve de jouer au football, un jeu de la paix, de respect et de fair-play », fin de citation.

Il a adressé ses plus sincères condoléances à la famille du disparu.

De son côté, le Syndicat national des footballeurs camerounais (le SYNAFOC), a exprimé son indignation et condamné, avec la dernière énergie, je le cite, «cet acte ignoble qui a coûté la vie, sur un terrain de football, à l’un de ses membres».

Le SYNAFOC a toutefois invité au calme tous les footballeurs camerounais, en particulier ceux évoluant en Algérie, et leur a réaffirmé son indéfectible soutien. Il a promis de tout mettre en œuvre, avec le concours des autorités algériennes, pour que les auteurs de ce drame soient retrouvés et traduits en justice.

D’ores et déjà, et en attendant les conclusions de l’enquête prescrite par le ministère algérien de l’Intérieur et des Collectivités locales, la Ligue de football professionnel d’Algérie a ordonné à titre conservatoire, la fermeture du Stade du 1er novembre de Tizi-Ouzou où s’est noué le drame, jusqu’à l’aboutissement des différentes enquêtes ordonnées par les autorités algériennes, et convoqué une réunion d’urgence de son Conseil d’administration, au cours de laquelle des dirigeants de la JS Kabylie et les officiels du match ont été auditionnés par la Commission de discipline.

En outre, l’ensemble des matches des championnats des ligues professionnelles et amateur toutes catégories confondues, programmés sur l’ensemble du territoire algérien, sont suspendues et reportés à une date ultérieure, ceci en signe d’hommage à notre compatriote tragiquement décédé.

Dès les premières heures du drame, une cellule de crise a été constituée au ministère algérien des Affaires étrangères. Elle est présidée par le directeur de la Circulation des étrangers et travaille de concert avec le directeur de la Sécurité publique, point focal de la gestion de ce dossier au ministère algérien de l’Intérieur et des Collectivités locales.

S’agissant de l’enquête ordonnée par les autorités algériennes, le Parquet près le Tribunal de Tizi-Ouzou a annoncé que la Police judiciaire avait été instruite d’exploiter tous les moyens légaux, tels que les enregistrements audiovisuels, afin d’identifier le ou les mis en cause et les traduire en justice.

Il a été également ordonné, dans le cadre de la même enquête, d’investiguer sur les circonstances qui ont permis aux mis en cause de se procurer des pierres ou tout autre projectile, et de les lancer en direction des joueurs.

Selon un communiqué officiel de la Ligue de football professionnel, une décision conjointe de la Fédération algérienne de football, de la Ligue de football professionnel d’Algérie et de la JS Kabylie a été prise, pour octroyer à la famille du défunt, une indemnité d’un montant de dix millions de dinars, soit 100 000 dollars américains, l’équivalent de 50 millions de francs CFA environ. Par ailleurs, la direction de la Jeunesse sportive de Kabylie a décidé que tous les salaires du joueur décédé, seront intégralement versés à sa famille jusqu’à expiration de son contrat avec la JSK.

À l’heure qu’il est, les autorités algériennes ont déjà remis à l’ambassade du Cameroun en Algérie, tous les documents officiels permettant le rapatriement de la dépouille de note compatriote, Albert Dominique Ebossè Bojongo, au Cameroun, à la suite de quoi l’ambassadeur du Cameroun en Algérie a signé, en date du 24 août 2014, l’autorisation de transfert du corps au Cameroun.

Le ministre camerounais des Sports et de l’Education physique ici présent, a indiqué qu’une délégation algérienne, conduite par l’ambassadeur d’Algérie au Cameroun, Son Excellence Toufik Milat, accompagnera la dépouille de notre compatriote, Albert Ebossè, au Cameroun. Ladite délégation comprendra en outre deux (02) officiels de la Jeunesse Sportive de Kabylie et des coéquipiers du défunt.

L’arrivée du corps est prévue le vendredi 29 août 2014 à 16 heures 30 minutes, à l’aéroport international de Douala.

Mesdames, Messieurs les journalistes, Distingués invités,

Notre pays vient de perdre en la personne d’Albert Dominique Ebossè Bojongo, un de ses fils les plus valeureux, parti à la conquête de sa gloire et du rayonnement du Cameroun à travers le monde.

Le destin a voulu qu’il tombe sur le champ de bataille, les armes à la main, alors même que malgré la défaite de son collectif, il venait encore de signer, d’une pierre singulière, la marque de sa valeur individuelle, puisqu’à cet ultime moment de sa belle aventure sportive, il fut l’auteur de l’unique but du club dont il était le sociétaire.

Albert Ebossè aura donc fait partie de cette race de nos compatriotes dont la nation tout entière se doit d’être fière. Volontaire et plein d’audace déjà à la fleur de l’âge, puisque c’est seulement à 15 ans qu’il signe sa première licence de footballeur, ce digne fils de notre pays que nous pleurons aujourd’hui, aura fait preuve de courage et d’opiniâtreté tout au long d’une carrière certes éphémère, mais ô combien riche, au regard des sollicitations dont il aura fait l’objet de la part de multiples formations sportives de haut niveau, mais aussi, eu égard au rayonnement qui aura accompagné chacune de ses prestations au sein de ces formations.

Et c’est très précisément à ce « fighting spirit », incarné ici par la rage de vaincre d’Albert Ebossè; que le chef de l’État, Son Excellence Paul Biya, a toujours invité, au-delà de la jeunesse sportive camerounaise, la jeunesse tout entière de notre nation, et même l’ensemble du peuple camerounais.

À ce titre, la mémoire d’Albert Ebossè doit être honorée avec un cachet particulier. Car, malgré l’âpreté de la concurrence qui caractérise la marche vers les cimes de la gloire, Albert Ebossè s’était déjà frayé un chemin sûr, en direction de l’élite footballistique nationale et internationale.

Au nom du président de la République, chef de l’État, Son Excellence Paul Biya, j’adresse à la famille Bojongo, les condoléances les plus attristées, et lui donne l’assurance de sa compassion et de son soutien, dans la terrible douleur qui l’afflige en cette circonstance malheureuse.

Nous renouvelons au gouvernement algérien toute la confiance du gouvernement et du peuple camerounais, dans sa détermination à mener à bien les investigations en cours, pour établir les responsabilités ayant conduit à la fin tragique de notre compatriote, et en punir les coupables de façon exemplaire. J’appelle également tous nos compatriotes, à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières, à l’esprit de fair-play et de tolérance qui a toujours caractérisé le peuple camerounais, à travers ses valeurs fondamentales de paix, d’unité et de solidarité.

Je demande à l’ensemble du mouvement sportif camerounais, de se mobiliser massivement, depuis l’arrivée de la dépouille de notre valeureux compatriote, Albert Dominique Ebossè Bojongo, le vendredi 29 août 2014 à 16 heures 30 minutes à l’aéroport international de Douala, jusqu’à ses obsèques, pour lui offrir un hommage retentissant, à la mesure de ce qu’il fût durant toute sa vie: un digne fils de notre nation, parti au combat de son existence à l’aube de sa vie, et tombé les armes à la main, pour porter toujours plus haut l’étendard de et beau pays, le Cameroun.

Je vous remercie de votre aimable attention.»


© Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top