Culture'Urbaine

Culture: AÏ-Jo Mamadou et Messi Ambroise rouvrent le Caroussel

maxresdefault

Formés et révélés au public pour la plupart au «Caroussel», les artistes s’emparent de la scène.

Le temps de la réouverture du temple de la culture , «Al-Jo Mamadou, Messi Ambroise et Josco l’inquieteur» parlent des avancées et les grandeurs d’un espace qui s’apparente au manque des lieux d’expression culturelle et artistique dans la ville de Yaoundé.

Les trois artistes, parmi les plus grands du moment dans les sonorités et le rythme «bikutsi», ont été comme beaucoup d’autres, programmés en spectacles à la réouverture du Carrossel new-look. Au fait des aménagements, de la mise à neuf du podium, des espaces Vip pour la clientèle et les artistes invités, la piste de danse très aérée, les trois «maîtres» de la scène, se disent convaincus, qu’avec l’arrivée du «exemple de la culture» rénové, c’est un autre envol de la culture camerounaise et même africaine.

Pour Al-Jo Mamadou, il s’agit d’un changement qui arrive et s’inscrit dans la logique de la modernité. Cet espace privilégié du bikutsi ne doit pas rester dans la médiocrité. Le Cabaret Caroussel ressemble à quelque chose de splendide et de merveilleux. Sa configuration actuelle, ne peut que nous encourager à travailler dur, à fournir assez de temps au travail. Aux artistes de savoir que c’est par le travail qu’ils devront mériter la programmation dans cet espace. Le cadre est bien. On peut logiquement amener les amis ici, sans en avoir honte » clame-le «Lion blanc».

Approché, Ambroise Messi souhaite que le cabaret Caroussel nouveau ne soit pas une foire, ni une cour de récréation pour les aventuriers. Aussi ne doit monter sur le podium que celui qui sait chanter, jouer de la musique. «Les artistes ont maintenant un espace pour faire leurs preuves et montrer de quoi ils sont capables. Chacun à son niveau doit se mettre au travail, pour faire valoir son talent. Les musiciens doivent changer de comportement, qu’ils s’adaptent à la nouvelle structure qui vient d’être mise à leur disposition.

Que l’artiste soit traité dans sa vraie valeur, que les contrats passés soient respectés de part et d’autre. Que les prix d’entrée et ceux des boissons, soient raisonnables, à la mesure de la taille de la bourse, même du petit Camerounais qui a envie de se détendre, de s’amuser. Le Cabaret Caroussell, est un nouveau cadre pour l’Afrique centrale, pour le monde. Que le talent puisse exploser. Que les techniciens qui apprécient les prestataires et accompagnent les artistes invités, soient à la hauteur de la confiance placée en eux avoue-t-il».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Chanteur de cabaret, «Josco l’inquieteur» tout en affirmant avoir été formé dans les cabarets, martèle que le cabaret est la plus grande école de musique dans toute l’Afrique. «Le carrossel va permettre aux jeunes talents d’apprendre à chante; il va favoriser un grand épanouisse¬ment de la musique camerounaise et même africaine. A nous les artistes de porter cette musique, aux cimes de la gloire internationale. Nous ne pouvons que féliciter les promoteurs de cette grande réalisation au service de la culture et des artistes. Nous prions de tout cœur que ça puisse marcher. Nous souhaitons que la franche collaboration qui va naître entre les promoteurs et les artistes dure le plus long¬temps possible «serine Josco l’inquieteur».

Des spectacles de qualité

Dans le même sillage sont appréciés, l’embellissement, les aménagements et le coup de neuf qui ont été faits, à chacun de se mettre au pas afin que l’espace de détente soit une maison où l’on vient déstresser, chasser les soucis et non un ring de boxe ou de lutte traditionnelle, comme cela a si souvent été le cas par le passé. «Le Carrossel répond à toutes les normes et exigences de qualité, favorables aux prestations des artistes musiciens. Si nous avons fait le déplacement en provenance de Paris pour la réouverture, c’est justement parce que nous sommes satisfaits. Beaucoup de choses ont changé.

Le podium est gigantesque et donne plus d’espace à l’artiste et à l’orchestre qui l’accompagne: la piste de dance, les salles pour public… Tout a été rénové dans le bon sens. C’est notre petit Zénith. Le public qui viendra, doit se respecter, respecter la salle, comprendre que les temps ont changé. Il doit être patient tranche Al-Jo Mamadou. Dans un contexte de rareté des espaces où on joue des sonorités musicales camerounaises vraies et en live, Carrossel se veut être un lieu incontournable pour les amoureux de la bonne musique.

La responsabilité incombe désormais aux artistes qui doivent produire des spectacles de qualité, des spectacles qui éblouissent et séduisent le public; de sorte que celui qui est venu par curiosité, juste pour faire la découverte le premier jour, manifeste l’envie de revenir tout le temps. Que le cachet qu’on donne à l’artiste de réponde aux attentes du spectacle dont la maison a besoin» conclut Ambroise Messi.

Le Messager

Populaires cette semaine

To Top