Actu'Décalée

Crimes rituels à Dschang : Un réseau d’hommes d’affaire démantelé

Dschang

Certains ont été happés le weekend écoulé, d’autres sont encore en cavale. S’achemine-t-on vers la fin des épouvantables assassinats qui se sont multipliés ces derniers temps dans la ville de Dschang ? Si nombre de résidents de cette ville se refusent de faire une affirmation péremptoire, ils ne manquent cependant pas de reconnaitre que le chef-lieu du département de la Menoua (Région de l’Ouest Cameroun) devrait inéluctablement connaitre une certaine accalmie dans les prochains jours.  En effet, les enquêtes ouvertes par les fins limiers de la police ont permis de démanteler une secte qui serait au centre de tous crimes odieux qu’a connu cette ville.

Ces enquêtes se sont d’ailleurs accélérées après la mort de Oriol Fotso le 3 août dernier. Agé de 5 ans, cet enfant a été retrouvé assassiné et pendu près d’une fosse dans un immeuble en construction au quartier Tchoualé. Aperçu avec l’enfant décédé dans la journée, un certain Gildas Wamba, menuisier de profession, est immédiatement pointé du doigt comme principal suspect de ce crime odieux. Les enquêtes permettront de le retrouver dans un centre de santé de la ville de Dschang, au chevet de son épouse qui venait d’accoucher par césarienne. Conduit illico presto à la police, il passera aux aveux complets. Indiquant plutôt que l’assassinat de cet enfant était conforme aux exigences rituelles d’une « réunion » dont faisait partie le père de l’enfant, Eric Mekontchou. Ce que ce dernier va tenter de nier en bloc. Dans la suite des investigations, les enquêteurs auraient donc trouvé cette version plausible.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

D’autant plus que Gildas Wamba aurait même donné les noms de tous ceux qui font partie de cette secte. Ils sont essentiellement des hommes d’affaires prospères bien connus dans la ville de Dschang. Après plusieurs jours d’audition, les enquêteurs auraient finalement trouvé des éléments les accablant. Puisque vendredi 21 août dernier, certains ont été happés puis  écroués à la prison de Dschang, sous ordre du procureur de la république. Il s’agit notamment d’un grand commerçant spécialisé dans l’alimentation, d’un autre spécialisé dans la vente des liqueurs, d’un propriétaire de quincaillerie, d’un câblodistributeur, d’un commerçant spécialisé dans la vente de l’électronique, d’un promoteur d’agence de voyage ainsi que de son chef d’agence… Les deux derniers, apprend notre source, ont été libérés sous caution. Dans la prison séjournait depuis une semaine déjà, le présumé auteur du dernier crime, ainsi que le père de l’enfant assassiné. Selon la même source, la traque de la police devrait se poursuivre. Car sur la liste des personnes dénoncées, il y aurait une vingtaine de noms. Essentiellement des hommes d’affaire.

Ces vagues d’interpellations sont salués dans la ville de Dschang. «Il fallait que la police ait ce courage de les traquer sans tenir compte de leur statut social», confie un peu soulagé un habitant de cette ville. Son soulagement fait suite à la peur qui les hantait jusque-là. «Je dois avouer que lorsque tu perds ton enfant de vue pendant 15 minutes, immédiatement la peur commence. Car on a l’impression que ces gens ont le don d’ubiquité», renchérit-il. Avant ces interpellations d’hommes d’affaire, un gang constitué d’élèves, spécialisé dans les enlèvements d’enfants mineurs, était également démantelé.

© La Nouvelle Expression : Vivien Tonfack

Populaires cette semaine

To Top