Features

Coût global du Plan d’Urgence pour l’accélération de la croissance : 925 Milliards

Paul_BIYA_plan_speciale_croissance-magistrature

Le communiqué rendu public à l’issue du conseil ministériel.

« Le président de la République, Son Excellence Monsieur Paul Biya, a présidé ce jour, 9 décembre 2014 à partir de 12H00, au palais de l’Unité, un important conseil ministériel consacré au Plan d’Urgence pour l’accélération de la croissance au Cameroun.

Y prenaient part, outre les plus proches collaborateurs du chef de l’Etat, le Premier ministre, chef du gouvernement, le Vice-Premier ministre, les ministres d’Etat, les ministres, les ministres délégués et les secrétaires d’État.

Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour, à savoir

– la présentation, par le Premier ministre, chef du gouvernement, du « Plan d’Urgence pour l’accélération de la croissance » ;

– la communication spéciale du président de la République.

Dans son exposé de circonstance, le Premier ministre, chef du gouvernement, a présenté l’architecture générale du Plan d’Urgence qui se décline en un programme triennal d’investissements dans les secteurs tels que l’aménagement urbain, la santé, l’agriculture et l’élevage, les infrastructures routières, l’eau, l’énergie et la sécurité.

Ce programme spécial, d’un coût global de 925 milliards de francs CFA, est financé par la mobilisation des ressources nécessaires, à des taux soutenables, auprès des institutions financières locales et internationales.

Dans sa mise en œuvre, le Plan d’Urgence sera conduit en partenariat avec le secteur privé, à travers un processus rigoureux d’attribution des marchés à des entreprises capables, aux plans technique et financier, d’exécuter avec professionnalisme les projets correspondants.

Dans sa communication spéciale, le chef de l’Etat a souligné que la finalité première du Plan d’Urgence réside dans la nécessité de renforcer les performances de l’économie nationale et d’améliorer les conditions de vie des populations camerounaises, en vue d’atteindre l’objectif de l’émergence en 2035.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

A cet égard, le chef de l’Etat a engagé le Gouvernement à relever, avec célérité et responsabilité, le défi majeur de la mise en œuvre rapide de ce Plan d’Urgence, qui vient en complément des feuilles de route des départements ministériels dont l’exécution doit se poursuivre avec diligence et méthode.

Les importants moyens mis à disposition pour le financement du Plan d’Urgence devront faire l’objet d’une utilisation rigoureuse, dans le respect des échéances prescrites, à l’effet d’assurer la rentabilité des projets et de générer le maximum de retombées positives pour l’économie nationale. Le chef de l’Etat en a appelé, sur ce point, à la vigilance des administrations et organismes compétents dans le contrôle de la bonne exécution des marchés publics.

Sur un plan général, le chef de l’Etat a réitéré au Gouvernement ses directives constantes en vue de l’amélioration de la qualité de la dépense publique, dans un contexte international marqué par la rareté des ressources financières.

Il a prescrit à cet égard au gouvernement de prendre des mesures urgentes de réduction du train de vie de l’Etat, par la limitation drastique des dépenses non essentielles et l’affectation des économies ainsi réalisées au financement de grands projets d’intérêt général et à l’amélioration du bien-être des populations.

Le chef de l’Etat a enfin exhorté les membres du gouvernement à cultiver « l’esprit de réforme » qui doit demeurer une constante de l’action publique.

Le conseil s’est achevé à 12H30. »

Fait à Yaoundé, le 9 décembre 2014

Le ministre, secrétaire général de la République,

Ferdinand NGOH NGOH

© Malobe Eugénie |Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top