Features

Corruption: La CONAC sonde les usagers des administrations publiques

CONAC-COMMISSION-ANTI-CORRUPTION_huge

La Commission nationale anticorruption et la Coalition pour la lutte contre la corruption vont opérer dans les prochains jours un vaste sondage pour évaluer la perception du phénomène de corruption dans les administrations publiques.

L’enquête grandeur nature à laquelle vont se livrer la Conac et la Coalition pour la lutte contre la corruption vise 13 000 personnes sur l’ensemble du territoire national, principalement les utilisateurs des services publics (ministères, délégations régionales, départementales et d’arrondissements). Il sera question pour les sondés de dire, entre autres, si les coûts des prestations sont affichés dans les services publics, les textes et lois du secteur diffusés et disponibles, la composition des dossiers visible.

Le sondage permettra aussi d’évaluer l’efficacité des administrations en jaugeant les délais de traitement des dossiers, l’ordre de traitement et les mécanismes de suivi desdits. Selon Alfred Etom, Coordonnateur de la Coalition pour la lutte contre la corruption, qui s’est confié au quotidien national Cameroon tribune, « les résultats de cette enquête, croisés avec d’autres données comme les résultats des plans d’actions ou les initiatives à résultats rapides vont nous permettre de savoir trois choses : le niveau d’appropriation de la lutte contre la corruption par les administrations publiques, la qualité du service rendu aux usagers, leur niveau de satisfaction par rapport à chaque administration ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En fait, indique le journal, cette grande enquête survient après que la Conac a évalué les plans d’actions régionaux de lutte contre la corruption. A en croire les premiers résultats dans les six régions déjà dépouillées, « les agents publics disent que la corruption a diminué principalement dans les secteurs de la santé, l’éducation, l’agriculture et les Forces du maintien de l’ordre ».

Le sondage à venir permettra donc d’en avoir la confirmation car, apprend-on, la Conac voudrait poursuivre l’expérience de manière à publier un classement annuel des administrations les plus intègres. Pour Alfred Etom, « à l’issue de l’exercice, les administrations connaîtront les domaines où elles performant assez bien, ainsi que leurs principales faiblesses en matière de gouvernance. Cette opération de « bench marking » leur permettra de se situer les unes par rapport aux autres et de s’ajuster en conséquence ».

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top