Confidences

Témoignage : Comment mon mari m’a vendu mystiquement

Mari_Vendue_demons_Confessions

Une jeune femme, mariée il y a peu de temps, est la victime malheureuse de pratiques mystiques d’un autre age, victime de son propre mari. Elle lance ici un SOS aux personnes de bonne volonté qui pourraient l’aider a s’en sortir.

Les noms et les lieux de cette histoire ont été changés pour préserver l’anonymat de l’auteure de cette confidence et des personnes qui nous ont envoyés ce témoignage. Cet article est recommandé a des personnes adultes de plus de 18 ans. certains passages extrêmes, pouvant heurter la sensibilité. Par ailleurs nous implorons votre indulgence, et vous invitons a donner vos conseils et recommandations a l’auteure de l’histoire, ceci a la fin de l’article dans le box de commentaires prévu a cet effet.

Salut a la rédaction de Camer24. Je m’adresse a vous aujourd’hui pour transmettre le problème d’une personne en détresse depuis bientôt 6 mois déjà. J’ai preféré m’adresser a vous plutot qu’ailleurs parce que j’ai constaté que sur votre site il y avait une rubrique pour cela. Merci de permettre aux personnes en difficulté de pouvoir demander conseil et assistance aux compatriotes sans être jugé ni indexés.

La lettre

Je me prénomme Anabelle, j’ai 33 ans aujourd’hui, je suis mariée depuis 2 ans et je vis une histoire terrifiante dans mon couple. Je ne sais pas quand ni comment je vais reussir a m’en sortir parce que, je le sens, je suis deja sacrifiée. J’ai le sentiment que mon mari m’a « vendu » dans un ordre mystique ou traditionnel pour préserver son poste dans l’administration, et je n’ai comme seul recourt que l’anonymat pour m’exprimer, ou trouver des solutions, si elles existent, a mon problème.

Mon histoire

Je suis une jeune femme comme il en existe beaucoup au Cameroun. Jeune belle et vivante ( du moins je l’étais avant de me retrouver dans mon état) , je suis issu d’une famille modeste. Mes parents n’ont jamais été riches mais ils nous ont toujours fourni, mes frères et moi, l’essentiel pour vivre. C’est ainsi que j’ai pu faire des études assez poussées au Cameroun et ensuite dans un pays Africain, d’ou je suis revenu, a la demande pressente de ma famille, mais avec une licence en poche.

Aînée d’une famille de 5 enfants, ma famille a commencé a « s’inquiéter » de ma situation de célibataire, et régulièrement pendant mes vacances, ma mère organisait en complicité avec mes tantes, des « rencontres » avec des hommes. A chaque fois je déclinais, ne me sentant pas prête pour ce genre « d’arrangements ». et puis un jour j’ai cédé. Je prenais de l’age et j’étais toujours vierge. Mais surtout toutes mes cousines de la même génération et même plus jeunes étaient déjà mariées, au grand désespoir de ma mère, qui ne ratait jamais une occasion de relancer le sujet dans nos conversations.

Mon mari

Le Monsieur, mon mari, a qui j’avais finalement dit oui, était a la fleur de l’age, 45 ans environ, Haut commis de l’État, très bien assis financièrement, veuf et père de deux enfants, 20 et 7 ans. Il m’avait rapidement fait embauché dans un ministère et mis a ma disposition tout le confort et les commodités de l’épouse d’une personne de son rang. Mais je n’arrivais toujours pas a m’accommoder de son coté mystérieux, mais surtout des restrictions auxquelles j’étais soumise sous mon propre toit.

Nuit de noce

La première alerte a eu lieu le jour de notre « nuit de noce » sentant que j’étais encore vierge a mon age, mon mari s’est mis en colère, arguant que j’aurais du le prévenir avant, pour qu’il prenne des « dispositions » lesquelles ? je ne l’ai jamais su. Rien ne s’est passé cette nuit la. Notre lune de miel a par la suite été écourtée et nous sommes rentrés a Yaoundé. Mon mari est ensuite rentré dans une pièce de la maison ou il s’est enfermé pendant 4 jours, sans manger ni boire et sans que personne ne puisse accéder a cette pièce.

Grande était ma surprise de voir arriver un Monsieur (le gendarme affecté a sa sécurité) avec des commissions faites par mon mari, depuis son bureau ou il semblait continuer a travailler normalement, le troisième jour jour de sa disparition. Pourtant il n’était pas ressorti de la fameuse pièce, et les vigiles postés a l’entrée de notre
demeure m’avaient assuré n’avoir pas vu leur patron depuis des jours.

A sa « sortie » de la pièce, il était rasé, nettoyé et parfumé, pourtant la pièce ne comporte ni toilettes, ni porte de secours. Seulement le Monsieur qui est sorti de cette pièce, et qui avait l’aspect de mon mari, était bizarre, sans un mot il m’a amené dans ma chambre (On faisait chambre séparé) m’a déshabillé et m’a prise brutalement pour la première fois, sans ménagement, comme une bête. Pendant cette acte bestial, il avait un regard haineux, me tenait par le cou et serrait si fort que j’ai failli m’évanouir, suffoquée. La douleur était telle que j’avais du mal a sentir le bas de mon corps. Une impression de Cactus qu’on m’avait inséré dans le sexe m’opprimais. et a la fin de l’acte, cette odeur pestilentielle qui a rempli la pièce sans que je puisse comprendre d’ou elle venait.

Sans un mot, il s’est réajusté et il est sorti de ma chambre. Quelques heures après avoir fait un tour en voiture, il est revenu a la maison et m’a enfin parlé. Il semblait désolé, inquiet. Mais surtout il semblait vouloir savoir ce qui s’était passé en son « absence » et même pendant notre premier rapport sexuel, comme si celui qui était sorti de la chambre  et m’avait brutalement pris dans ma chambre, n’était pas lui, mais un autre lui. Sentant mon inquiétude, il a changé de sujet, et m’a notifié une série de règles et de restrictions que je devais suivre pour que tout « aille bien » chez nous.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

2 ans années se sont éculées ainsi, au gré de ses « disparitions », réapparitions et restrictions, je devais essayer d’avoir une vie normale. Ainsi je ne devais jamais passer la nuit avec lui, c’était lui qui venait me trouver, quand bon lui semblait, dans ma chambre. Les Jeudi il ne dormait jamais dans la maison. Pendant son absence je ne devais pas le chercher a son Bureau, ou ils semblait pourtant toujours présent. Je devais utiliser des huiles et parfums exclusivement offerts par lui, je ne devais pas avoir de chat ni de Chien dans la maison. Je pouvais participer aux activités religieuses mais je ne devais pas ramener d’objets religieux ou traditionnels chez nous. Il m’était aussi interdit de porter des cheveux, ongles, cils artificiels. Je ne devais jamais faire ma toilette intime et au 3e jour de mes menstrues je devais l’en informer. Ainsi, a chaque fois que j’avais mes règles, L’autre « lui » (C’est ainsi que j’ai fini par l’appeler ) venait dans ma chambre et me prenait brutalement comme la première fois.

Un soir, n’en pouvant plus je suis allé me réfugier chez mes parents, et j’ai tout raconté a ma mère. Seulement, celle ci ne pouvait rien pour moi. Mon père, autoritaire, s’est rangé du coté de son beau fils qui était venu me chercher, accompagné de victuailles et de cadeaux pour mes parents, de l’argent et des promesses de facilitées administratives
faites a mon père. Il avait le pouvoir et il fit tout ce qu’il avais promis, mettant mes parents dans sa poche. Ceux ci, manipulés, croyaient en des caprices de ma part. Je n’étais pas particulièrement emballée pour ce mariage au début et ils voyaient en mes agissements, une volonté de me débarrasser de mon mari. Résignée, j’ai du rentrer chez mon mari, ne me doutant pas que ce retour serait fatal pour moi.

Mon mari est devenu extrêmement nerveux des lors que des rumeurs de remaniement ont commencé a circuler.Un soir il m’annonce que nous partons en voyage dans sa région natale. Anxieuse je me suis apprêtée pour ce voyage, redoutant le pire. Le jour-J, en début d’après midi, le chauffeur m’a installé dans mon auto. Nous avons fait le voyage dans des voitures différentes, la mienne précédent celle de mon mari. Le voyage s’est achevé en pleine nuit, en pleine foret, dans un endroit que je n’ai pas reconnu. Un comité d’accueil de quelques villageois ( des hommes âgés en majorité ) nous attendaient et nous nous sommes enfoncés encore plus dans la foret. Apres une marche interminable dans des bosquets, nous avons débarqués dans une clairière, ou d’autres personnes nous attendaient, autour d’un feu.

Un cercle avait été dessiné sur le sol avec une sorte de poudre blanche. Ils nous ont fait asseoir a l’intérieur dos contre dos mon mari et moi. On nous a donné une potion a boire, mon mari le premier. Réticente mon mari m’a « Rassuré » en me disant que c’était une protection contre les « mauvais esprits » contre qui on devait absolument se blinder avant d’aller dans son village. Insistant dans mon refus, j’ai décliné mais on m’a fait boire de force. C’était gluant, dégoûtant avec une odeur de pourri. Je me suis endormi ou évanouie…A mon réveil j’étais couchée au milieu du fameux cercle, une douleur terrible me remontait du bas du dos, des seins et du vagin, des traces de sperme et de sang sur moi et mes vêtements.

Deux femmes essayaient maladroitement de me nettoyer et de cacher ma nudité, pourtant nous n’étions plus que trois. mes vêtements étaient éparpillés autour de moi, déchiquetés, comme si ils avaient été arrachés de force. A demi inconsciente, Les deux femmes me firent boire une autre potion, rouge sang, et me traînèrent vers une hutte en terre battue ou elles me lavèrent et me vêtirent de nouveaux vêtements retirés dans mes bagages. Jusque la aucune trace de mon mari, ni des autres hommes présents. J’ai passé ainsi le reste de la nuit dans cette même hutte, dans cette même clairière et avec les deux femmes, les autres ayant disparus pendant mon inconscience. Au petit matin elles m’amenèrent a travers la foret vers une piste de brousse ou je devais attendre. Apres une attente interminable, mon mari arriva enfin avec ses voitures, et nous nous sommes dirigés (enfin) vers son village.

Depuis notre retour a Yaoundé, je n’ai plus la sensation d’être en pleine possession de mon corps. Je fais des cauchemars, j’ai des visions parfois éveillée. A certains moments j’ai des flashs de la scène dans la clairière, un peu comme si j’étais spectatrice, pourtant c’est bien moi que je vois couché par terre. Je vomis très souvent du sang et beaucoup d’objets inconnus, j’ai perdu l’appétit. J’ai perdu 12 kilos. Les examens que j’ai fais a l’hôpital Jamot, a l’insu de mon mari sont négatifs. Selon eux je ne souffre d’aucune pathologie ou infections connues. Je vois des serpents partout, j’entend aussi des voix, parfois lointaines mais parfois aussi comme si on me murmurait dans l’oreille juste derrière moi. Plusieurs fois ma femme de ménage m’a trouvé par terre, inconsciente et depuis quelques jours je suis hospitalisée. Mais mon mari ne semble pas s’en préoccuper. Il fait pression chez le médecin pour qu’il signe mon bon de sortie.

Je le sens toujours stressé, mais un peu moins qu’au moment de notre fameux voyage. Il me rassure mais je le sens distant, comme si il attendait quelque chose d’autre que son fameux remaniement. je prie beaucoup, ma famille aussi. je ne vais presque plus travailler depuis 2 mois. Mais comme mon époux a ses entrées partout, mes absences sont toujours justifiées et sans conséquences. Aidez moi ! je meurs a petit feu. Je ne sais pas ce qu’ils m’ont fait dans cette clairière ou je suis restée très longtemps inconsciente. Mes parents sont inquiets mais que peuvent ils faire ? mon mari a un pouvoir énorme sur eux et sur beaucoup de gens. Je me sens prise au piège. je demande de l’aide…SOS.

Si vous avez quelqu’un, un homme de Dieu qui peut m’aider, envoyez moi son email ou mieux, son numéro de téléphone…j’ai préféré ne pas donner mes contacts pour éviter de mettre en danger les gens qui m’ont aidés a poster cette lettre. Vous ne pouvez donc pas me joindre en passant par eux. Ils ont a ma demande, créés une adresse email spéciale juste pour envoyer ce message. Je regrette aussi de la longueur de mon témoignage mais il le fallait afin que les uns et les autres comprennent vraiment ce qui m’arrive. Je souhaiterai aussi en profiter pour passer un message. Ne forcez jamais vos enfants a vous marier, surtout avec des personnes que vous ne connaissez pas. A vous mes sœurs, ne vous mariez jamais avec un homme sans le connaitre a l’avance.

Priez pour moi !

Annabelle B.

Vous souhaitez aider cette jeune femme en détresse ? postez votre contribution juste en bas dans le box de commentaire. Aussi, l’adresse Email par laquelle nous avons reçu ce témoignage n’est plus active, du coup nous ne pouvons pas recontacter la personne qui nous l’a envoyé. Vous êtes donc priés d’envoyer emails, numéros de téléphone de quelqu’un qui peut l’aider, et ainsi les personnes qui l’ont aidé a nous envoyer ce témoignage, liront et se chargeront de les lui retransmettre. Merci pour votre compréhension.

Populaires cette semaine

To Top