Features

Concours de la police: L’équilibre régional empêche la publication des résultats

BTS-concours-l’examens-candidats

Au-delà de la répartition qui doit être minutieusement faite, il se pose un autre problème, celui de la capacité d’accueil des éléments à former. Sept mois après les épreuves écrites du concours de la police qui ont eu lieu en février 2015, les résultats restent attendus, et constituent désormais la principale cause d’anxiété chez les nombreux jeunes qui ont passé le concours. C’est que, beaucoup de savent plus quoi penser des résultats qui s’éternisent, et murmurent déjà à la magouille.

Le Délégué général à la sûreté national (DGSN), Martin Mbarga Nguele, s’est prononcé au sujet du retard observé dans la publication des résultats du concours d’entrée à la police, certainement pour dissiper tout malentendu. C’était lors de son séjour mardi dernier à Bamenda (Nord-Ouest) dans le cadre de la remise des épaulettes à des fonctionnaires de police qui se sont illustrés dans la lutte contre le terrorisme.
Le quotidien Mutations qui relaie l’information dans son édition en kiosque lundi 28 septembre, indique que le DGSN a évoqué les impératifs d’équilibre régional et l’insuffisance des infrastructures d’accueil comme principal raison du blocage des listes des nouveaux élèves policiers. A en croire Martin Mbarga Nguele, tout doit être fait pour que toutes les composante de la nation camerounaise se retrouve dans ce concours.
S’agissant de la première raison, Martin Mbarga Nguele assure que la répartition des places se fera  du niveau régional au niveau départemental. Pour «les commissaires et les officiers de police, je dois vous dire que le classement sera régional par ordre de mérite, parce qu’il y a 150 places au niveau des commissaires et 350 places pourvues au niveau des officiers, dont 100 internes et 250 externes (…) au niveau des inspecteurs de police qui sont au nombre de 1200 (200 pour la promotion interne et 1000 externes), le classement sera départemental et par ordre de mérite».
«Nous avons 58 départements, et chaque département aura sa part. Au niveau des gardiens de la paix qui sont 3000, je pense que nous avons 358 arrondissements dans notre pays, le classement sera également fait par arrondissement et par ordre de mérite. Le Cameroun doit se retrouver dans ce concours et nous devons tous être d’accord pour privilégier le mérite», prévient-il.
En ce qui concerne la capacité d’accueil, le DGSN s’est voulu clair : «La capacité d’accueil aujourd’hui est de 3000 éléments à former. Pour ce concours, il nous faut recueillir à la fois 4200 Camerounais candidats et la Guinée Equatoriale se propose de nous envoyer encore 200 candidats. Ce qui va faire 4400. Je vais les loger où ? (…) Voilà le problème que nous devons résoudre maintenant». Cependant, «nous devons nous organiser pour accueillir tout ce monde-là» a indiqué Mbarga Nguele, ce d’autant plus que «le chef de l’Etat, Paul Biya, sait que la jeunesse a besoin d’emploi».
Sur le même thème : Elie Ladié la patrie reconnaissante

Populaires cette semaine

To Top