Features

Scandale au Concours de L’ Iric: Deux listes d’admis publiées

préinscriptions-enseignants-universités-yaoundé 1-camer24-Concours-de-l'Iric

Le ministre de l’Enseignement, Jacques Fame Ndongo, se dédit en l’espace de 48h. L’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric) défraie une fois de plus la chronique. En l’espace de deux jours –vendredi et samedi derniers- l’on a eu droit à deux listes distinctes d’admis en filière diplomatie. Une première publiée vendredi en soirée, résultat du travail d’un jury de treize membres (dont les professeurs Alain Didier Olinga, Adolphe Minkoa She, Jean-Emmanuel Pondi et Pascal Messanga Nyamding) qui rendent leur verdict, « sur la base du mérite des différents candidats ».

Dans cette liste, le nom de Nti Estelle apparaît en deuxième position. Dans la liste lue sur les antennes de la Crtv radio samedi, Estelle n’entend plus son nom.

« J’ai moi-même vu mon nom dans la soirée de vendredi. Bizarrement, mon nom et celui d’autres candidats disparaissent de la liste affichée le lendemain vers 11 heures ».

La première liste comportait 15 admis définitifs et 04 noms sur la liste d’attente. La nouvelle liste, qui comporte toujours 15 admis, n’est plus accompagnée d’une liste d’attente. Certains candidats de la liste d’attente ayant été subrepticement déclarés admis.

Une source proche des délibérations affirme pourtant que « le jury a siégé et a donné sa copie en toute souveraineté. La liste provenant de cette instance a été communiquée au ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup), puis affichée autour de 18h45 minutes à l’Iric vendredi dernier. On a d’ailleurs entendu quelques cris de joie dans les amphis ».

Une autre source proche du dossier affirme qu’« il s’est passé quelque chose d’inexplicable sur cette liste entre le Minesup et la présidence de la République. Des pressions ont été faites pour modifier la première liste publiée». Sur les deux listes affichées, le premier de la promotion est Mebe Ngo’o Mekulu. D’autres noms aux consonances évocatrices y figurent. C’est à partir du deuxième nom que le scandale transpire. Nti Estelle et certains candidats précédemment admis voient leurs noms purement et simplement rayés de la liste au profit d’autres noms, manifestement dictés par des personnalités influentes du sérail.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pressions

« Tout jury académique est souverain ainsi que ses résultats. L’interventionnisme du politique dans les affaires académiques est à l’origine de ce genre de situation », martèle un membre du staff enseignant de l’Iric. Qui poursuit : «Ce sont de situations qui insultent l’intelligence des sommités qui se sont assises pour produire des résultats, des grands maîtres qui ont donné la primeur à l’intelligence, à l’excellence et au mérite».

Joint au téléphone hier, le directeur de l’Iric, Pierre-Emmanuel Tabi semble assommé par le scandale. « A ma connaissance, il n y a qu’une liste que j’ai fait afficher samedi [dernier]. Elle est signée du ministre de l’Enseignement supérieur». Qu’en est-il de celle affichée vendredi, y a-t-il des pressions ? « Je ne sais pas de quoi vous parlez, il y a une liste qui a été publiée samedi et c’est la seule valable », se défend mollement M. Tabi. Ce n’est pas la première fois que le concours d’entrée à la filière diplomatie de l’Iric fait jaser. En 2013 déjà, neuf candidats de la liste d’attente déclarés admis suite à un communiqué du Minesup, Jacques Fame Ndongo, et qui faisaient déjà leurs classes dans cette prestigieuse école, avaient été « renvoyés au quartier ». Le même ministre, « sur instruction du secrétaire général de la présidence de la République », avait rapporté sa décision, cinq mois après la première.

Georges Parfait Owoundi

Populaires cette semaine

To Top