Features

Gouvernance: Comprendre les échecs des projets au Cameroun

Cameroun-projets-barrage

Une étude démontre que le pays n’a que 300 personnes certifiées au management des projets alors que la demande est estimée à 5 000. La compétitivité de l’économie camerounaise est mise à rude épreuve. Dans son rapport 2016-2017, le Forum Economique Mondial (WEF), institution de la Banque Mondiale, classe le Cameroun à la 119e place sur 138 pays du monde. Dans le précédent rapport, le Cameroun était 114e sur 140 nations. Une chute que la WEF attribue aux retards observés dans certains secteurs, notamment la réalisation des projets.

Quelques jours avant la publication de l’étude de la WEF, le cabinet Prescriptor a attiré l’attention sur les causes de la mauvaise réalisation des projets au Cameroun. C’était au cours d’une conférence de presse organisée à Yaoundé par cette firme de l’intelligence pour la technologie en Afrique.

Dans son numéro du 30 septembre 2016, La Nouvelle Expression (LNE), recense quelques-unes des difficultés des projets. «La maturité des projets, le manque de management profond des projets, et l’absence de ressources humaines certifiées susceptibles de porter à terme les projets lancés par le pays».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon l’ingénieur financier Babissakana, le Cameroun compte moins de 300 personnes certifiées au management des projets. Pourtant, le besoin est nettement plus important. «Au regard du volume de projets développés actuellement sur l’étendue du territoire national, on aurait besoin de 5 000 personnes ayant une certification», déclare Babissakana.

Ce qui amène LNE à analyser que «l’absence de ressources humaines qualifiées, au moment où le Cameroun a fait le choix d’adopter l’approche budgétaire par projets, est encore plus frappante. La Banque Africaine de Développement, dans un autre rapport produit en 2015, constatait fort à propos que sur l’ensemble des projets présentés par les administrations publiques camerounaises, 50% n’étaient pas éligibles aux financements des organismes internationaux».

Afin de trouver des solutions au problème, le cabinet Prescriptor organise une conférence panafricaine sur le management des projets. Ce sera du 2 au 4 novembre 2016 à Yaoundé.

Jean-Marie NKOUSSA

Populaires cette semaine

To Top