Features

Commerce illégal d’espèces fauniques: un dangereux trafiquant rattrapé à Bertoua

espèces-fauniques-dangereux-trafiquant

«Angloo» était en possession d’une tête, quatre membres de chimpanzés et de nombreuses parties d’un éléphant dont la peau et des os.

Les agents des Forêts et de la Faunes de Bertoua, dans la région de l’Est, ont frappé un grand coup, le 18 octobre 2014, en mettant la main sur un trafiquant de produits fauniques. Agé de 35 ans, le suspect, vulgairement connu sous le nom d’ «Angloo» s’est même attaqué de manière violente à un gendarme qui faisait partie de l’équipe ayant procédé à son interpellation. Mais, il a dû être forcé à se rendre.

Un témoin rapporte que, bien qu’il soit menotté, le trafiquant a continué à proférer des menaces lorsqu’on le conduisait à la brigade territoriale de Bertoua. De ce côté, on souligne que «Angloo» est un récidiviste qui a été interpelé pour les mêmes causes. Selon nos sources, il est reconnu comme  l’un des plus grands trafiquants dans la région de l’Est. Arrêté à plusieurs reprises, il n’a jamais renoncé à son boulot. On précise d’ailleurs qu’avant son arrestation, il avait essayé de vendre deux pointes d’ivoire à un client venant de Yaoundé. Il est surtout connu pour avoir très souvent approvisionné des clients de différentes nationalités, en leur fournissant des produits d’espèces fauniques protégées, ce qui démontre ses connexions internationales. Récemment encore, ajoutent nos sources, il a fourni des têtes et des membres de chimpanzés à un client qui serait de nationalité  nigériane. Bien que résidant dans le chef-lieu de la région de l’Est, il dispose d’une base à Nden-Nden, une localité considérée comme son centre d’opération d’où il  transporte les produits à l’aide de sa moto, pour aller les livrer à Bertoua. D’autres témoins notent qu’il est aussi connu comme le fournisseur de munitions à son réseau de braconniers.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 


Urgence.

Il n’est pas inutile de préciser que son arrestation a été facilitée par l’Ong The Last Great Ape Organisation (Laga) qui a fourni une assistance technique. C’est cette Ong qui a participé à l’arrestation, il y a quelques semaines, d’un homme de 39 ans, à Batouri, pour détention illégale d’écailles de pangolins  pesant 150 kg. Cinq crânes de gorilles, sept crânes de chimpanzés et une mâchoire d’éléphant on retrouvés parmi les écailles. L’homme a été décrit comme un trafiquant de premier plan à Mbang, un arrondissement du département de la Kadey. En tout cas, ces opérations ont pris de l’ampleur dans les régions de l’Est et du Sud depuis le début du mois d’octobre, et les observateurs pensent que cette  initiative tombe à pic pour endiguer le trafic des espèces sauvages dans ces régions considérées comme le foyer d’un grand nombre d’espèces fauniques protégées dans le pays. 39 pointes  d’ivoire ont été saisies récemment chez un homme qui transportait des sacs de fèves de cacao de Djoum pour Sangmelima.

Il faut noter que l’intensification des opérations anti braconnage dans cette partie du pays est le résultat de l’excellent renseignement sur le trafic entrant et l’urgente nécessité de réagir et surtout du fait que  les responsables de la faune de ces régions exercent maintenant  une  pression sur les trafiquants qui sont responsables de la disparition de nombreuses  espèces fauniques dans le pays. On comprend que si ces tendances vont crescendo et s’étendent à d’autres régions du pays, le ministère des Forêts et de la Faune deviendrait sans doute,  l’un des principaux départements ministériels en pointe dans la lutte contre l’inertie et la lutte contre extinction des espèces fauniques  dans le pays.

© Mamouda Labaran | La Météo

Populaires cette semaine

To Top