Features

Comment Alamine Ousmane Mey a failli démissionner

emprunts-Trésor-public-pensionnés-ministre-Alamine-Ousmane-Mey-minfi-investisseurs-administrations-camer24-

La rumeur s’est répandue la semaine dernière comme une traînée de poudre. Même au sommet de l’Etat. Que s’est-il réellement passé ? L’information est tombée aux yeux des observateurs comme une annonce de tombola, l’actuel argentier du Cameroun aurait voulu rendre son tablier.

Pour certains il se serait agi d’une astuce stratégique pour coller un motif d’insubordination à l’encontre de ses collaborateurs et certains responsables qui ne seraient pas des nordistes et qui occupent des postes clés au sein de ce ministère. Madame le directeur général des douanes Libom Li Likeng née Mendomo Minette et celui du budget du budget Antoine Samba. Nos sources bien introduites évoquent une détermination d’Alamine Ousmane Mey de faire débarquer la patronne des gabelous coûte que coûte. Alamine Ousmane Mey n’a pas jugé opportun que le directeur général des douanes se retrouve à Douala sans qu’il ne soit mis au courant.

Mais face aux injonctions du Minfi, Minette Libom Li Likeng n’a écouté que son patriotisme et son sens de responsabilité. Des mauvaises langues parlent d’insubordination. Irrité, le Minfi aurait passé un coup de fil à son père, qui vit reclus à l’Extrêmenord. Ousmane Mey s’en serait remis au vice-Premier ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées, Amadou Ali. C’est ainsi que le chef de l’Etat, Paul Biya, aurait été mis au parfum des menaces de démission du Minfi. Amadou Ali aurait convaincu le Minfi de renoncer à son projet de démission, car, il lui aurait dit le moment n’est pas indiqué.

Alamine Ousmane Mey aurait ras-le-bol des murs et des pas mûrs que lui ferait subir la Dg des douanes, pourtant sa subordonnée. Selon des indiscrétions, Minette Libom Li Likeng ne serait pas la seule responsable à subir les foudres de l’argentier national. Le directeur général du budget, Félix Antoine Samba, est aussi indexé à tort ou à raison. Pour tout dire, rien ne va pour le mieux entre le Minfi et trois de ses collaborateurs. A savoir le secrétaire général du ministère des Finances Urbain Noël Ebang Mve, Antoine Félix Samba et Minette Libom Li Likeng. Il se dit que ces trois cadres, tous Betis, feraient plus allégeance au secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh. Par conséquent, ils bafouent l’autorité du Minfi. Par contre, le directeur général des impôts et celui du trésor selon des indiscrétions au Minfi seraient corps et âme avec Alamine Ousmane Mey. Le ministère des Finances serait ainsi plongé dans les clivages tribaux résultat des courses, le ministère hautement sensible est paralysé.

Au regard de l’incompatibilité d’humeur entre le Minfi et certains de ses collaborateurs, certains observateurs justifient cet état de chose par un abus de pouvoir de la part d’Alamine Ousmane Mey. Toujours est-il que ce climat malsain dégage une forte odeur d’intérêts économiques.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Paul Biya gardera-t-il tous ces responsables du MINFI ?

Cela n’est un secret pour personne, le ministère des Finances est au centre de toutes les convoitises. Les nominations dans ce ministère et surtout au sein des directions générales porteraient des estampilles diverses : présidence de la République, primature, ministère des Finances. La preuve si cela n’émanerait que de la seule volonté du ministre Alamine Ousmane Mey, les nordistes occuperaient selon des sources internes toutes les directions générales de ce ministère question pour l’homme fort du Logone et Chari de manipuler les Finances publiques à sa guise et d’amasser un trésor de guerre en prévision à l’alternance au sommet de l’Etat. Mais rattaché à la République, le président Paul Biya prône le  respect de la hiérarchie.

Il a viré tous ceux qui ont affiché une attitude de mépris vis-à-vis de leur supérieur hiérarchique raconte les témoins. Augustin Kontchou Kouomengni, Edouard Akame Mfoumou ne diront pas le contraire. Ils auraient été débarqués du gouvernement pour insubordination vis-à-vis du Premier ministre Peter Mafany Mussongue entre 1996-2004. Mais face à ce qu’on peut appeler guerre froide au ministère des Finances, une question préoccupante se pose : pourquoi le Minfi en veut tant à Madame le directeur général des douanes ? Que lui reproche-t-il ? Pourquoi la même animosité n’existait-elle pas sous Essimi Menye ? Paul Biya tranchera-t-il cette affaire à travers un remaniement ministériel ? Quel avenir politique pour Alamine Ousmane Mey ? Depuis presque quatre ans l’ancien DG d’Afriland First Bank voudrait-il tribaliser les postes stratégiques du ministère des Finances ?

Les démissions politiques au Cameroun

Depuis l’accession à la magistrature suprême du président de la République Paul Biya le 06 novembre 1982, le gouvernement en place a connu des démissions dont la plupart trahissait des appétits de pouvoir. Titus Edjoa ancien secrétaire général de la présidence, Garga Haman Adji ancien ministre de la Fonction publique, Maurice Kamto ancien ministre délégué auprès du ministre de la justice sont sortis du gouvernement de leur propre gré et ont déclaré leur candidature à l’élection présidentielle. En sera-t-il de même pour l’actuel Minfi ? Difficile de le savoir toujours est-il que depuis le début de la guerre àl’Extrême-nord, la situation financière du Cameroun est inquiétante.

L’effort de guerre en faveur des soldats a apporté certes un ouf de soulagement à la trésorerie bien que teinté d’inquiétudes dans la gestion de ces fonds et les denrées qui périssent. Les tensions de trésorerie au Minfi persisteraient à cela s’ajoute le manque de collaboration entre le Minfi et certains de ses collaborateurs. Est-ce la raison pour laquelle il pourrait pousser le bouchon trop loin, en rendant son tablier de ministre des Finances ?

Alex Zambo

Populaires cette semaine

To Top