Features

Un colonel congolais en prison Camerounaise

Boko-Haram-évadé-de-prisons-prisonniers-garde-à-vue-Batouri

Le médecin du défunt Mobutu est incarcéré depuis trois mois pour immigration irrégulière. A la prison centrale de Bafoussam où il se trouve, c’est avec un air assuré que le médecin colonel Bauh Muteba Kebeya, attend que son sort soit tranché.

Le juge qui a observé le dossier le 28 septembre 2015, à renvoyé la suite de la procédure pour le 8 octobre 2015, en instruisant que ce colonel de la république démocratique du Congo, soit renvoyé en prison. Son histoire, il la relate comme un mélodrame. Arrivé au Cameroun le 14 mai 2015 en provenance de Bruxelles en Belgique, ce spécialiste de la gynécologie, dit qu’il venait suite aux conseils de ses collègues et compatriotes déjà installés au Cameroun, dans l’optique d’effectuer une étude de marché pour l’implantation d’une clinique privée.

Son  périple, conduit ce congolais qui se présente comme l’un des médecins personnel de la famille Mobutu Sesse Seko, à Bafoussam. Il y fera la rencontre de Ngoundou Tongue Solange. Avec cette dernière, il entame une vie de concubinage qui ne dure qu’un mois. Cette infirmière, dépose une plainte pour escroquerie contre son concubin. Elle soutien entre autres, qu’il a fait des promesses non tenues, des prêt d’argent et autres… sans plus de précisions. Arrêté suite à une enquête déclenchée par la brigade de recherche de Bafoussam, le médecin colonel Bauh Muteba Kebeya va voir s’ajouter une seconde accusation. Celle d’immigration irrégulière. Il sera de ce fait, incarcéré à la prison centrale de Bafoussam, et le dossier enrôlé en matière des vacations des flagrants directives.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour le médecin colonel Bauh Muteba Kebeya, il s’agit d’une parjure. Il clame qu’il avait tous ses dossiers au moment de son arrestation. «Il a expédié son passeport à l’ambassade de son pays à Yaoundé, pour expliquer sa situation carcérale. Quand à sa carte consulaire, elle a été dérobée au même moment que son téléphone Iphone 4, par ceux qui l’ont enquêté. Il s’agit de l’adjudant Marie Claudette Mezou qui l’a fait en présence du maréchal Pascal Zock » argue l’un de ses conseils. Le ministère public, lors du procès, a ordonné sa relaxe pour l’infraction d’escroquerie puisque les présumés victimes n’ont aucun argument consistent pour corser leur plainte, et sollicité sa condamnation pour immigration clandestine.

L’officier congolais, rappelle que même si sa carte consulaire a été dérobé, des traces seront trouvées sur le trajet qu’il a emprunté de Bruxelles au Cameroun, et ses présumés voleurs, vont remettre ces pièces au même moment que son téléphone I phone 4 qu’il continue de réclamer.

Populaires cette semaine

To Top