Features

Collaboration PAD, Douanes et DIT pour la décongestion du port de Douala

robert-nkili-edouard-décongestion-port-Douala

Du 27 au 29 avril 2015, le ministre des transports Robert Nkili a une fois de plus effectué une visite sur la place portuaire de Douala avec pour unique point à l’ordre du jour, la décongestion du port de Douala ; un sujet devenu redondant dans la capitale économique. Comme principal acteur de cette décongestion, le DG de DIT, Jakob SIDENIUS qui a reçu sur le site d’UDEAC- COTCO le ministre en présence des directeurs généraux du PAD, du CNCC, de l’APN et du gouverneur de la région du Littoral.

L’engagement de DIT

Le DG de DIT a expliqué au Ministre et à sa suite qu’au 27 Avril,  200 conteneurs en long séjour ont été enlevés normalement par leurs propriétaires ou ayant droits, une accélération du processus des ventes aux enchères a été initiée par la douane avec comme objectif 100 conteneurs par semaine, une systématisation des ventes aux enchères pour tout conteneur ayant séjourné plus de 90 jours sur le Terminal à conteneurs. Il a particulièrement insisté sur les efforts importants consentis par chacune des parties : la mise à disposition de 3 hectares par le PAD,  l’instauration d’un service 24H/24H et 7j/ 7 j par la douane pour encadrer les transferts, et les moyens logistiques importants déployés par DIT. On le voit bien, la fluidité  de l’espace portuaire de Douala passe nécessairement par une intensification et un renforcement de la collaboration entre les différents acteurs de la place portuaire sous l’égide des autorités.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les prescriptions du ministre des transports

Face à ce qui s’apparente comme l’imbroglio de la décongestion au port de Douala, le ministre des transports, qu’accompagnait une forte délégation, à fait à l’attention de tous les acteurs de la place portuaire un certain nombre de prescriptions.

De fait, chaque entreprise doit se mettre en règle pour éviter la confusion des rôles dans le processus de décongestion du port de Douala. Et puis surtout, que soient scrupuleusement suivies les orientations édictées par la direction générale du Port Autonome de Douala.

Pour y parvenir chaque acteur ne doit assurer que les prestations pour lesquelles il est détenteur d’un acte réglementaire. Ceci éviterait des actes illicites de stockage des marchandises dans les entrepôts du port. D’ailleurs, précise le ministre « Nous allons procéder à la révision de l’acte autorisant une franchise de 90 jours. Acte qui ne concernait que les produits alimentaires comme le riz ».

Au finish, un appel fait par le ministre à la famille de la place portuaire à travailler en parfaite synergie dans un dialogue constructif à travers des rencontres régulières. Il y va de la relance de l’économie qui passe par le port de Douala.

  Franck Bafeli

Populaires cette semaine

To Top