Economie

Après Bafoussam, la colère des épargnants de la COMECI gagne Douala

comeci-bafoussam_27082016_otric_1213_ns_700_800xyyy

Comme dans la capitale régionale de l’Ouest, il manque de l’argent. La direction promet une solution dans de brefs délais. L’ambiance était tendue le vendredi 26 août 2016 à l’agence de l’établissement de microfinance COMECI (Compagnie équatoriale pour l’Épargne et le Crédit d’Investissement) situé au quartier Akwa, à Douala. Les clients venus chercher de l’argent «pour financer la rentrée scolaire de leurs enfants» n’ont rien trouvé dans leurs comptes. Ce qui a créé des tensions au sein de l’établissement. La CRTV rapportait dans son journal télévisé du soir qu’ils «ont pris les dirigeants en otage».

Interviewé par le média public, le président du conseil d’administration de COMECI, Martin Kemogne, a tôt fait d’expliquer et de rassurer les épargnants: «Pour l’instant, nous avons sous la main un partenaire qui a déjà pris attache avec nous. Dès la semaine prochaine, nous allons signer un accord pour lequel il va débloquer de l’argent pour nous accompagner». L’on parle de plusieurs milliards de Francs CFA. De toute façon, le conseil d’administration prévu le samedi 27 août 2016 sera décisif. C’est au sortir de cette réunion de crise que l’on saura si les épargnants auront effectivement leur argent.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Jeudi, c’est Bafoussam qui subissait la colère des épargnants frustrés. Une centaine de clients avaient pris d’assaut le siège de l’agence locale. Le Préfet du Département de la Mifi, Joseph Fover Tangwa, avait réussi à ramener le calme. Selon des informations recueillies par le quotidien Le Messager, «une enveloppe de 50 milliards de FCFA est d’ailleurs annoncée à cet effet, même si on estime à 500 milliards de FCFA les fonds nécessaires pour satisfaire la demande de la clientèle». Notre confrère faisait savoir que COMECI est peut-être victime «d’une campagne visant à déstabiliser son fonctionnement». Le responsable régional pour l’Ouest le déplorait d’ailleurs: «Beaucoup de détracteurs distillent la rumeur selon laquelle la COMECI est en banqueroute. C’est ce qui pousse d’ailleurs les épargnants à vouloir décaisser tous leurs avoirs».

Robert NDONKOU

Populaires cette semaine

To Top