Features

CM2014 : des juristes Camerounais auraient aidé la Tunisie contre le Cameroun

Selon une source proche du dossier et au vu de la richesse de l’argumentaire de la partie tunisienne, certains juristes camerounais seraient derrière cette scabreuse affaire.

 Hier jeudi, la Fifa a débouté la Tunisie dans sa requête en vue de disqualifier le Cameroun au motif que le pays de Samuel Eto’o a aligné deux joueurs qui ne possèdent pas la nationalité camerounaise, Eric Maxim Choupo Moting et Joël Matip en l’occurrence. Dès la fin de la rencontre, le capitaine Yacine Chikhaoui avait formulé des réserves de qualification concernant ces deux joueurs et la Fifa s’était donc saisie de l’affaire sur laquelle elle a donc tranché en faveur du Cameroun hier.

Cependant, à la lecture de l’argumentaire tunisien et sur leur connaissance plus que profonde de la loi camerounaise, l’on se pose des questions et c’est finalement une source proche du dossier au niveau de la Fécafoot qui nous a révélé que « des Camerounais sont cachés derrière cette affaire et ont été grassement payés pour trouver des failles dans les dossiers de ces deux joueurs qui sont nés de pères camerounais ». En fait, selon cette source, « ce sont ces juristes camerounais qui ont approché les Tunisiens dans la soirée du samedi 16 novembre pour leur proposer le deal et qui leur ont dit qu’il y avait un moyen pour la Tunisie de s’imposer sur tapis vert, même en cas de défaite sur le terrain. D’abord réticents, les Tunisiens ont finit par accepter la proposition des juristes camerounais, sous réserve de ce que la Tunisie ne se qualifie pas effectivement sur le terrain.

Et c’est pourquoi dès le coup de sifflet final du central mauricien, le capitaine des Aigles de Carthage avait formulé ses réserves, en attendant que les éléments de preuves soient versées au dossier dès le lendemain ». Notre source dont le ton persuasif fait froid au dos nous dit enfin que « les juristes camerounais ont donc été recontactés par les Tunisiens une fois que ceux-ci soient retournés à leur hôtel et après s’être mis d’accord sur les honoraires à payer, les traitres se sont mis au travail et toute la nuit du dimanche 17 au lundi 18 novembre, ils ont ressorti tout ce qu’il pouvait y avoir comme failles dans le dossier des deux joueurs et ont mis le fruit de leur nuit blanche à la disposition des Tunisiens qui, eux, ont couché ces conclusions sur papier entête de la fédération tunisienne de football avant de les acheminer à la Fifa ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Face à notre étonnement de la connaissance du fond du dossier des deux joueurs par les juristes dont elle parle, la réponse de notre source est cinglante et à la limite glaciale. « D’après nos informations, ces juristes étaient au nombre de quatre ou cinq et au moins trois d’entre eux ont travaillé avec la Fécafoot sur des affaires de droit du sport et notamment sur le cas de ces deux joueurs. Ce sont des juristes qui étaient très proches de l’ancienne équipe dirigeante de la Fécafoot et qui, pour quelques poignées de dollars et aussi pour d’autres raisons qui nous échappent encore mais qui sont plus sombres encore, ont décidé de trahir le Cameroun », nous a-t-elle confié, en nous remettant le dossier que nous publions également ici.

Malheureusement pour nos « traitres » et heureusement pour le Cameroun, la Fifa a ses propres lois et celles-ci n’ont jamais été enfreintes par le Cameroun pour ce qui est de la naturalisation des joueurs. La Fifa n’a donc trouvé aucun inconvénient à ce que Choupo Moting et Joël Matip jouent pour le Cameroun, d’autant plus que les dossiers de ces deux joueurs étaient passés par les instances spécialisées de la Fifa et que celles-ci avaient donné leur feu vert pour que ces deux joueurs évoluent avec la sélection nationale camerounaise. Chose qu’ils ont faite, tous les deux, en Afrique du Sud en 2010, à l’occasion de la toute première Coupe du Monde organisée en Afrique.

René Mouandjo à Yaoundé 

 

Populaires cette semaine

To Top