Features

La chute de Biyiti bi Essam célébrée dans son village

Jean Pierre Biyiti bi Essam-Tribunal Criminel Special

L’éjection du bateau gouvernemental de l’ex-ministre des Postes et Télécommunications a été vivement saluée par les populations de Mvoula, qui n’étaient plus du tout en odeur de sainteté avec leur élite. «Voilà donc ce qui arrive à tous ceux qui se moquent du bas peuple. biyiti croyait qu’il était arrivé ; il méprisait tout le monde. A présent qu’il n’est plus aux affaires, qu’il vienne encore nous parler… La honte ! La honte ! », jubilait vendredi dernier un villageois natif de Mvoula, village natal de Jean Pierre Biyiti bi Essam. Ici, la chute de l’exministre des Postes et Télécommunications, débarqué du bateau gouvernemental il y a de cela quelques semaines, continue d’être célébrée avec faste dans toute la contrée. Mete Mete, proche cousin de l’ex Minpostel et détenteur d’une petite boutique située à 500 mètres de la concession du ministre déchu parle d’une « bonne gifle, une gifle infligée par dieu à celui qui se croyait intouchable ».

Et de conclure avec une forte dose d’ironie « celui qui se proclamait dieu de Mvoula est finalement tombé (…) Le dieu de Mvoula est mort et sa mort ne nous émeut pas du tout ». L’on peut comprendre pourquoi tamtams et tambours ont résonné toute la nuit, après que la « bonne nouvelle » ait été relayée dans toute la contrée. De fait, la grande communauté villageoise de Mvoula village qui se réjouit aujourd’hui de la chute du « fils » mal aimé, aura difficilement été en phase avec celui-ci. Pendant son séjour au gouvernement, cette communauté se plaignait d’avoir été ignorée par celui là « qui a passé le plus clair de son temps à arracher les terres aux villageois et à ne se soucier que de son seul ventre. (… ) Même les jeunes diplômés de ce village peuvent témoigner de l’égocentrisme de biyiti qui n’a rien fait de bon à leur endroit.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Lorsqu’on vous nomme au gouvernement, c’est pour que vous aidiez vos frères et soeurs ; est-ce qu’il l’a compris ? », commente un moto taximan, natif de Biwong Bulu. Même si quelques villageois se félicitent de la construction d’un Cetic, d’un lycée moderne et même d’un centre multimédia à Mvoula au moment où l’élite était aux affaires, il reste que le comportement de l’ex Minpostel, sur le plan politique, aura suscité encore plus d’indignation, tant au niveau de ses pairs qu’au niveau même de la base. Vomi par la base aux dernières consultations électorales alors qu’il était délégué du Comité central du Rdpc dans le cadre des municipales, Biyiti bi Essam serait entré en conflit ouvert avec la jeune élite montante de son biotope politique, qui lui reprochait « d’imposer des choix qui n’étaient pas ceux de la base ».

Il aura ainsi maladroitement écarté de la mairie de Biwong Bulu le très populaire Henri Miellot Mbovom, au profit d’un poulain fabriqué de toutes pièces, malgré la désapprobation des populations. La base aurait donc sur ces entrefaites, ouvertement saisi tour à tour : le coordonnateur régional (Rdpc) des opérations politiques dans le Sud, Jacques Fame Ndongo, le collectif des chefs traditionnels de la Mvila, puis le chef de l’Etat en personne. Ceci à travers une correspondance, demandant à l’homme du 06 Novembre « d’envoyer aux populations de la Mvila-Est, un nouveau berger plus attentionné aux problèmes de développement de cette vaste circonscription électorale ».

La déchéance de l’ex Minpostel ne proviendrait–elle pas de tout ce passif tumultueux ? Tout porte à le croire. La nomination de sa remplaçante au Minpostel, Minette Mendomo, épouse Li Likeng, bien que native de la Mvila centre (Foulassi Yemeyema’a), n’a-t-elle pas aussi été célébrée par les populations de la Mvila et singulièrement celles de Mvoula qui se réjouissent de l’ascension d’une femme d’action dans ce champ politique ? En remplacement du pingre et “chichissime”, très impopulaire Biyiti bi Essam. Qui pourrait ne point jouir d’une retraite tranquille pour continuer à bouffer tout seul les milliards par lui détournés selon une opinion largement répandue, car pouvant bientôt se retrouver derrière les barreaux pour des lustres. Shame !

 Obame Antone

Populaires cette semaine

To Top