Blogueurs

Chronique d’un 1er Janvier mortel !

D2F4A63DB51B5CE86482E37A7F5_h402_w598_m2_q90_ciEEgyFov

Chers tontons, me voici ! Je vous écris une autre lettre au lendemain d’une fête de nouvel an extraordinaire. En effet, je me suis permis de vous répertorier les grands éléments structurants qui ont marqué cette fête selon une chronologie exacte inspirée de mon chronomètre et de mon calendrier. Les événements ont commencé et ont suivi leur cours tel qu’il suit :

1er janvier, à 00h : chers tontons, voici ! C’est l’heure fétiche ! Tous les camerounais étaient debout ! J’avais pitié des claviers des téléphones chinois ! SMS sur SMS ! Tant pis pour les pauvres qui n’avaient pas de puce Mtn ! Tous les camerounais ont commencé 2014 avec les Sms « njoh » ! Certains même auraient demandé une messe d’action de grâce pour remercier Dieu d’avoir fait créer MTN CAMEROUN. Chacun était inspiré de sa façon, et les mots arrivaient dans leurs claviers comme l’amour. C’est le lait ? Ou ce sont les messages que vous voulez voir ? Ne vous inquiétez pas ! J’ai répertorié et classifié pour vous une série de deux messages selon la nature des intervenants des discussions par sms :

Pour les amoureux adultes, c’était le lieu de fixer les rendez-vous de tout à l’heure, ceci avec des tournures discursives aussi persuasives que celles du Renard de la Fontaine : il y’avait des messages comme : « que cette nouvelle année te donne la force de comprendre que tu es ma petite amie, le courage de savoir que avec moi, rien ne t’arrivera et surtout l’humilité de prendre part à notre rendez-vous de tout à l’heure »

Pour les « amoureutons » (les petits amoureux), c’était le lieu idoine de réinstaurer une confiance vis-à-vis de sa personne, en lui souhaitant tout ce qu’il y a de bon. il y’avait des messages comme : « bonjour, que ton bonheur s’augmente comme la colère de Boko HARAM, que tes troubles s’écoulent comme la valeur du dollar Zimbabwéen, que ton amour s’augmente comme la corruption au Cameroun, que ta colère soit petite comme le plat de riz au restau du Campus A, que tu glisses des mains de la paresse comme le « nkui » glisse entre les doigts des consommateurs, et que ton Audace grimpe plus que celle du chroniqueur audacieux » fin de citation.

1er JANVIER, 6h : le coq chante et le jour parait ! Désolé, tout le monde était déjà réveillé. Les animaux de la basse cour font justement leurs derniers spectacles : les coqs chantent et les poules dansent ! Les porcs veulent croiser les truies et les truies acceptent.

1er JANVIER 6h15 : le sang coule, les coqs, les poules et les porcs sont morts et nos ventres sourient et rigolent !

1er JANVIER 6h30 : les grillades commencent et le dehors sent bon, propageant dans l’atmosphère la senteur exquise et suave d’un buffet royal.

1er JANVIER 7h30 : le taro pleure sa mère dans les mortiers et les « nkanwan » font la sauce jaune dans tous les quartiers ! Les aubergines se ramollissent et les vestes de bœuf s’amollissent ! Oh Dieu, chers tontons vous étiez où ?

1er JANVIER 8h00 : toutes nos belles femmes du Cameroun deviennent subitement des boulangères : croquettes au lait, gâteaux à la crème, œufs chopés, pains perdus, pains retrouvés, pains au beurre, et il y’avait un autre machin bizarre : permettez moi de l’appeler « biscottes au shampoing » !

1er JANVIER 9h30 : j’ai pitié du riz ! Chacun lui donne une esthétique : le riz sauté, le riz saucé, le riz bouilli, le riz écrasé, le riz malaxé, le riz menacé, le riz pilé, le riz sans crustacé, le riz blanc, le riz sans obstacles, le riz mouillé, le riz séché, le riz sans os, etc.… Vous aurez choisi mangé quoi tontons ?

1er JANVIER 10h : c’est une autre heure fétiche ! Chers tontons, tous les petits enfants du Cameroun commencent à remesurer leurs habits de fête. Pour quelle raison ? Allez le savoir ! Le riz n’est pas déjà cuit ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

1er JANVIER 11h : les enfants (garçons) s’habillent : complet-complet jeans avec sacoches, vestes chinoises avec cravates élastiques, pantalons slimés partout ! pointini incliné vers le ciel comme un python affamé, et enfin chemises carrelées (à consommer de préférence avant le 26 décembre ! Made in China)

1er JANVIER 12h : les enfants (petites filles) s’habillent ! Ici alors, chers tontons, c’est le mystère inouï ! Personne ne se donne le mépris et ne tentez pas d’appeler une petite par « ma fille ! ». Elle vous demandera si vous êtes son « auteur compositeur ». Soit vous la sifflez, soit vous l’appelez par « ma côo », soit vous laissez ! Ne l’appelez pas par son prénom si vous ne vous êtes pas encore larvé ! Vous voulez la souiller ? Les rouges à lèvres ont posé leurs signatures dans l’atmosphère boréale et septentrionale de leurs visages candides !

1er JANVIER 13h : début des mangements, un peu de partout ! C’est le lait ? Les étudiants sont partout. Vous savez un peu comment sont ces gens là. Quand ils arrivent près du buffet, ils commencent à raconter qu’ils font Master 4 (demandez-moi si ça existe), que l’université n’est pas facile, et que l’année prochaine ils vont faire le concours pour devenir Ministre : tout ceci c’est pour que la dame qui est entrain de servir continue de gonfler son plat : tout bon flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. Et « quand tu somnoles seulement, ta vie dort ».

1er JANVIER 19h : les Call-box se remplissent ! « Allo ! Je t’attends déjà hein ! »

1er JANVIER 19h02 : les femmes s’habillent : C’est sans commentaire ! J’ai pitié des ministres qui ont interdit les mini-jupes ! Et comme on a interdit le port de string, les filles ont donc respecté la loi : elles n’ont alors rien mis maintenant : arrêtez-les alors.

1er JANVIER 19h05 : chacun et sa chacune ! Interdit au moins de 0 ans ! Même les fœtus ont le droit ! Ne soyez donc pas surpris qu’on vous dise que vous avez « collé » deux personnes au même moment : pendant que vous « colliez » la mère, vous le faisiez subtilement à son bambino au même moment ! Peu importe si le fœtus était de sexe masculin ».

1er JANVIER 19h30 : pour certains parents c’est sans commentaire. Évitez seulement de voir une maman et de l’appeler par « maman ». Appréciez seulement à juste valeur sa position et confirmez que la beauté est relative.

Chers tontons, à partir de cette heure, tout devient bizarre. Le ciel devient obscur et je ne vois plus rien. Sauf les silhouettes des heureux qui vivent leurs amours ! J’en vois aussi qui marchent les mains dans la main ? Où vont-ils ? Manger du soya ? Non ! Ils vont accueillir Jésus et 2014! Où ? En Boite ! et après, ils vont me souhaiter « des meilleurs vœux ».

Et moi l’enfant audacieux, l’ainé chéri d’une modeste famille de cinq enfants, j’étais là, seul et je regardais ! Tout le monde était « deux » ! Mais moi j’étais là, seul à vous écrire ! Et soudain, comme pour se moquer de moi, un coq rescapé est passé devant moi à 19h30 et a croisé une poule. Heureusement qu’en dehors d’Allah qui me m’accompagnait, j’avais près de moi trois 33 Export qui éloignaient de moi trois grands maux : « la perte de l’inspiration, l’envie de sortir et l’envie de saouler ». Je n’avais pas envie de saouler et c’est pour ça que je buvais ! Tant pis aux mauvaises bouches.

Lorsque j’explore le psychisme humain je classe la jalousie dans le « ça », dans la partie bestiale de l’âme que Platon appelle « Epithumia ». Donc les envieux, sont des patients. Ayez pitié d’eux, et soyez audacieux !

L’alcool c’est l’ennemi de l’homme et Dieu a dit d’aimer ses ennemis. Allez dire à Charles Ateba Eyene que je suis désolé ! Je buvais très audacieusement !

Tontons, Hector Flandrin

C’est mon prénom, je suis le chroniqueur rêveur mais audacieux qui dans cet océan de grand désespoir continue de trouver une maigre quantité d’eau pour abreuver ma plume parfois asséchée.

Populaires cette semaine

To Top