Features

Ces prostituées vendeuses de sperme pour des rituels…

prostituee-Yaounde-Cameroun
 Le sperme semble devenu un bon moyen pour certaines prostituées d’arrondir leurs fins de mois. Au Ghana et en Côte d’Ivoire, des travailleuses de charme n’hésitent pas à dérober le sperme de leurs clients qu’elles récoltent dans leur préservatif pour le vendre à des marabouts au prix de 10 000 Fcfa, soit 15 euros par préservatif, selon le site Koaci.com.
Les marabouts, quant à eux, utilisent le liquide séminal pour des rituels qui permettraient à ceux qui réclament leur aide d’obtenir des promotions sociales, de trouver l’amour, recoler les morceaux avec leur bien-aimé, ou encore bâtir des empires financiers.« On m’a demandé de livrer le sperme de mes clients »Ces pratiques peuvent toutefois se révéler dangereuses pour les malheureux clients qui ignorent le sort réservé à leur liquide séminal. D’après une travailleuse du sexe, un de ses clients est tombé gravement malade et n’a pas pu guérir malgré les soins médicaux. C’est pour ces raisons que certaines prostituées refusent de vendre le sperme de leurs clients.

« L’année dernière, un Nigérien m’a approchée pour que je lui livre le sperme de mes clients moyennant une forte somme d’argent. Face à mon refus, il m’a rassurée en me disant que c’était simplement pour faire fructifier son commerce. Mais j’ai refusé cette demande qui est à mon sens immorale », raconte l’une d’elles.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Cette pratique existe depuis quelques années »

D’après une autre travailleuse de charme, « cette pratique existe depuis quelques années. Ma camarade, qui travaille dans un hôtel, m’a confié un jour que des hommes l’avaient contactée pour acheter du sperme pour le compte d’une dame. Et que ce liquide devait permettre à cette dernière de faire des rituels en vue de raffermir les liens d’affection entre elle et son mari, qui commençaient à être distendus ».

Des propos que les gérants d’hôtels ont réfutés. Selon l’un d’entre eux, « généralement les clients ne laissent pas traîner les capotes utilisées, ils les font couler dans la cuvette des toilettes. Nous n’avons jamais eu de proposition d’achat de sperme dans notre hôtel ». Un avis partagé par celui-ci. « Je suis gérant d’hôtel depuis plus de dix ans. Jamais une telle proposition, aussi indécente que diabolique, ne m’a été faite. D’ailleurs, c’est une règle chez nous d’éviter de toucher aux préservatifs usagés et abandonnés dans les chambres, à cause des maladies ». Les informations concernant ces pratiques ont en tous cas fait grand bruit.

afrik53

Populaires cette semaine

To Top