Features

Centrale thermique de Limbé: L’étude environnementale et sociale en perspective

groupe-Eranove-centrale thermique

Le groupe en charge de la réalisation du projet a lancé un appel à manifestation pour l’évaluation de son impact environnemental. Il y a du nouveau en ce qui concerne le projet de construction de la centrale thermique à gaz à Limbé, dans le Sud-Ouest. La structure d’une puissance de 315MW et dont le protocole d’accord a été signé en avril 2014 entre le gouvernement camerounais et le groupe Eranove est sensée répondre à la demande en énergie qui découle des projets de la croissance.

A ce jour, le groupe en charge de la conception, le financement, la construction et l’exploitation d’une centrale thermique à gaz et des ouvrages connexes envisage de débuter les études d’impact environnemental et social des travaux de construction de la centrale et des travaux connexes (lignes de transport, postes…). Il a récemment lancé un avis d’appel à manifestation d’intérêt pour le recrutement d’un bureau ou consultant pour ce faire. Il s’agira d’identifier les impacts positifs et négatifs, proposer des mesures d’atténuation et de bonification, élaborer un plan de gestion environnementale et sociale pour la mise en œuvre des différentes mesures pendant les différentes phases du projet.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

D’après le manuel de procédure générale des études d’impact et audits environnementaux du ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable (Minepded), une étude d’impact environnemental est un examen systématique en vue de déterminer si un projet a ou non des effets favorables ou défavorables sur l’environnement. Le document issu de cet examen est un rapport de l’étude d’impact environnement qui est par la suite soumis à l’appréciation des parties prenantes au projet. Ainsi, l’approbation d’une étude d’impact environnemental donne lieu à la délivrance d’un certificat de conformité environnementale (CCE), par le ministre en charge de l’environnement. Le manuel précise qu’en vertu de la loi, aucun projet, susceptible d’avoir des incidences sur l’environnement, ne doit être mis en œuvre sans certificat de conformité environnementale. Il revient au Minepded d’examiner le rapport de l’étude d’impact soumis par le promoteur et d’approuver ou non ledit rapport, après avis du comité interministériel de l’environnement. L’approbation donne lieu à la délivrance d’un certificat de conformité environnementale.

Marilyne NGAMBO TCHOFO

Populaires cette semaine

To Top