Buzz

Célestin Bedzigui : « vaincre Boko Haram, la nécessité d’une approche globale

Présidentielle_celestin_bedzigui_l’Enam-Boko Haram

Le 13 juillet dernier, le Cameroun a connu le premier attentat suicide sur son territoire à Fotokol à l’Extrême-Nord, près de la frontière avec le Nigeria. Ce premier attentat a été suivi par une vague la semaine suivante : un double attentat le 22 juillet à Maroua, capitale régionale ; et un autre attentat le 25 juillet dans la même ville.

Selon les premiers éléments des enquêtes, le modus operandi semble similaire : des jeunes filles d’une quinzaine d’années, dissimulant des ceintures explosives sous un voile intégral. Cette série d’attentats marque une inflexion dans les activités de Boko Haram au Cameroun, tant par le mode usité que les cibles géographiques. Il convient à cet effet d’analyser la réponse apportée par les autorités à la lumière de ces développements.

Quelle adéquation du dispositif sécuritaire ?

Les attentats du 22 et du 25 Juillet 2015 ont eu lieu à Maroua, chef-lieu de la province d’Extrême-Nord, dans lequel est situé le quartier général des troupes mobilisées le long du versant septentrional de la frontière avec le Nigeria. Opérant dans une région frontalière, les hommes du BIR (Bataillon d’intervention rapide) ont surtout pour objectif de repousser les assauts de la secte nigériane et sécuriser les zones frontalières. On peut se demander si le changement de modus operandi de Boko Haram a été intégré dans la stratégie camerounaise. L’actualité récente au Nigeria et au Niger montre que les reculs de la secte devant les offensives conjointes des armées de la région ont eu pour conséquence un recours répété aux attentats suicides afin, soit d’éviter un repeuplement des zones perdues, soit de faire persister un climat de terreur au sein de la population.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette évolution  requiert une coopération accrue entre services de renseignements, s’ajoutant à la coordination entre les armées de la région. Pour l’Etat camerounais, le défi interne porte en conséquence sur l’articulation entre les différentes branches du régalien que sont la police, la gendarmerie, l’armée et la justice. Or cette approche globale ne semble pas avoir été mise en oeuvre avant les attentats. Le BIR a conservé la primauté dans les opérations contre Boko Haram. A cet égard, la perspective d’attentats ne semble pas avoir été intégrée dans la réponse institutionnelle à la secte nigériane. On peut craindre à cet effet une réaction disproportionnée notamment dans le cadre de la nouvelle loi antiterroriste qui militarise le traitement de la question Boko Haram. Or le cas nigérian montre l’échec d’une approche essentiellement répressive. Par ailleurs, le recours à des instruments juridiques hors du droit commun s’avère à terme contreproductif car la « rapidité » du processus judiciaire peut paraître arbitraire et incidemment faire croître l’audience de la secte.

Le fait que la communication sur les attentats et la réaction sur le terrain aient été du fait du ministère de la défense semble signifier que l’action militaire est toujours vue comme la réponse adaptée à la secte. Or une réponse essentiellement militaire à Boko Haram ne saurait être soutenable sur le long terme faute non seulement de moyens financiers, mais aussi du fait d’une efficacité relative. Il apparaît peu réaliste d’attendre du BIR qu’il repousse les assauts de la secte sur une frontière de plusieurs centaines de kilomètres, quadrille toute la province de l’Extrême- Nord, et prévienne les attentats terroristes. Le Cameroun paie clairement le prix d’un traitement en faveur des unités d’élites dépendant directement de la présidence au détriment de la police et la gendarmerie dont le manque de moyens est évident. On constate à cet effet que les arrestations effectuées à Maroua suite aux premiers attentats ont été le fait de l’armée et non de la gendarmerie dont relève le maintien de l’ordre à l’intérieur du pays.

Suite a la page suivante

Pages : 1 2 3

Populaires cette semaine

To Top