Features

Célestin Bedzigui: « …l’Enam devrait être fermée»

Présidentielle_celestin_bedzigui_l’Enam-Boko Haram

Pour l’homme politique camerounais installé en Amérique, les promotions sorties au cours des quinze dernières années se sont rendues coupables des plus grandes dérives enregistrées dans la vie de l’Etat.

Célestin Bedzigui a un problème avec l’Enam (Ecole nationale d’administration et de magistrature). Un gros problème. L’homme politique installé aux Etats-Unis souhaite même la mort de cette institution qui forme depuis des décennies les hauts cadres de l’administration et de l’Etat camerounais. L’ancien cadre du défunt Pal (Parti de l’Alliance libérale) a donné son avis sur cette école au cours de la dernière édition de l’émission « Entretien avec… » diffusée sur l’antenne camerounaise Spectrum télévision. Au détour d’une évocation de son parcours académique, le présentateur Thierry Ngogang lui demande ce qu’il pense de l’Enam. « Je pense, vraiment avec toute l’amitié que j’ai pour mes camarades de l’époque et ceux qui y entrent maintenant, je pense que pour l’intérêt du Cameroun cette institution devait être fermée », répond sans sourciller l’ancien haut cadre de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp).

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il explique alors qu’il le dit parce que l’Enam ne remplit plus la mission qui lui était assignée à savoir « former du personnel pour la fonction publique ayant le sens de l’Etat, pénétré de la vocation de servir l’Etat ». Il constate que ceux qui y entrent ces dernières sont animés d’un esprit qui a été perverti, et se servent de l’Etat. Allusion est ainsi faite aux scandales de corruption, de détournement de fonds qui ont conduit ministres et directeurs de sociétés publiques en prison. Les promotions de l’Enam « sorties au cours des 10 ou 15 dernières années » sont celles que l’ancien cadre supérieur des Brasseries du Cameroun indexe. Célestin Bedzigui s’appuie sur les exemples de pays anglo-saxons tels que les Etats-Unis et l’Angleterre pour soutenir que le Cameroun peut se passer d’une école comme l’Enam. Il propose qu’on la fasse disparaître et que l’on laisse aux ministres le soin de choisir leurs collaborateurs ou personnels. « L’une des mesures saines qui devraient être prises aujourd’hui ce serait fermer l’Enam et laisser chaque chef de département ministériel avoir une procédure de recrutement de son personnel, de ses ressources humaines ».

© Robert Ndonkou 

Populaires cette semaine

To Top