Features

CAN2015 : et si la compétition se jouait au Qatar ou au Brésil ?

stade-de-fes-Maroc-Can2015-football

Pour remplacer le Maroc, la Caf étudie plusieurs options en dehors de celle du Qatar et du Brésil. Une délégation s’était rendue au Cap-Vert, archipel éloigné et qui dispose d’un seul stade aux normes internationales, à Praia, sa capitale.

Les dirigeants de la Caf qui se sont exprimés ont pourtant été assez clairs sur l’identité du ou des futurs pays hôtes de la Can 2015. Trois ou quatre délégations, selon les interlocuteurs, se sont positionnées. Aux yeux du Comité exécutif de la Caf, le candidat idéal a récemment organisé le tournoi du 17 janvier au 8 février 2015. Ce ne sera pas l’Afrique du Sud, qui a accueilli l’édition 2013 et qui était la meilleure solution de repli. Les Sud-africains ont opposé un «non» ferme. Ce ne sera pas non plus le Ghana, qui a organisé la Can 2008. Les Ghanéens étaient tentés mais ne pensent pas pouvoir être prêts dans deux mois.

L’Angola fait donc désormais figure de favori malgré une Can 2010 ensanglantée et qui a laissé des mauvais souvenirs. Le Gabon et la Guinée équatoriale, qui ont co-organisé l’édition 2012, seraient également sur les rangs, mais séparément. La Caf n’est pas franchement favorable à un duo, comme en 2000 (Ghana-Nigeria) et en 2012. Sauf que le Gabon et la Guinée équatoriale ne disposent pas des quatre grands stades nécessaires au tournoi. Un mariage de raison entre deux candidats n’est donc pas à exclure.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le Soudan a également été cité comme recours. Les Soudanais ont organisé dans des conditions discutables le championnat d’Afrique des nations 2011, une compétition de moindre envergure que la Can. Enfin, il est fortement question du Nigeria, qui vient d’inaugurer un complexe sportif flambant neuf à Uyo, au Sud-est du pays. Le président Goodluck Jonathan, qui vient d’annoncer sa candidature à la prochaine présidentielle, se ferait une bonne publicité en décrochant l’organisation de la Coupe d’Afrique.

Ce n’est pas une surprise, la Confédération africaine de football n’est pas un fervent supporteur des co-organisations, comme cela avait été le cas en 2000 (Ghana-Nigeria) et en 2012 (Gabon-Guinée Equatoriale). Pourtant, comme l’indique mardi 11 novembre Junior Binyam, son directeur des médias, la Caf est prête à s’y plier, suite au retrait définitif du Maroc : «Les expériences précédentes de co-organisation n’ont pas forcément laissé un souvenir impérissable à tout le monde.     La tendance au sein du Comité exécutif est à éviter, si possible, une telle situation. Mais au regard de l’urgence de la situation, si la seule option viable et fiable est une co-organisation, il faudra l’accepter».

Mardi, la Confédération africaine de football a officiellement dessaisi le Maroc de l’organisation de la Can 2015, les autorités marocaines ayant réclamé le report de la compétition par peur d’Ebola.

via RFI ]

Populaires cette semaine

To Top