Features

Can féminine 2016: les infrastructures sportives se matérialisent

stade-FOOTBALL-de-limbe-CAN

À Yaoundé, le stade Ahmadou Ahidjo est en réhabilitation, de nombreuses aires de jeu sont en construction dans diverses régions du pays, en prélude à la compétition prévue du 19 novembre au 3 décembre 2016 au Cameroun

Dans son discours de fin d’année à la nation, le président de la République accorde un intérêt particulier à l’organisation des coupes d’Afrique des nations de football féminin et masculin qu’abrite le Cameroun. « Nous devons accueillir la Can féminine en 2016 et la Can masculine en 2019 », a-t-il.

« Pour cela il faut des infrastructures adéquates », a souligné Paul Biya. L’insistance vaut son pesant d’or lorsqu’on sait que le Cameroun souffre de manque d’infrastructures sportives sur le plan quantitatif et qualitatif. Le chef de l’État a « demandé au gouvernement de s’y employer activement ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour ce qui est de la Can féminine prévue du 19 novembre au 03 décembre prochain, les travaux sont en marche, même s’ils n’avancent pas au rythme souhaité comme l’a relevé récemment le ministre des Sports et de l’Education physique, Bidoung Mkpatt. Il s’agit du stade Omnisports, les stades annexes numéro 1 et 2, le stade militaire à Yaoundé ; à Limbe le Centunary Stadium, le Middle Farm, le stade de Ngueme et son annexe ; à Buea le Molyko Stadium et le Municipal stadium.

La majorité des marchés ont déjà été passés. D’où l’appel à impulser un coup d’accélérateur aux différents chantiers. Autre Can en préparation, celle de 2019. Les stades d’Olembé et de Bwang-Bakoko (Douala), d’une capacité, chacun, de 60000 places, sont encore dans l’attente du démarrage effectif de leur construction. Le stade de Bafoussam, lui, est prêt à 92%. Les aires de jeu existant à Yaoundé, Douala et Garoua ont également besoin d’être réaménagés.

Dieudonné Zra

Populaires cette semaine

To Top