Features

Cameroun|Lutte contre Boko haram : la danse Bafia de la France

Ambassadrice de France au Cameroun-Christine Robichon

Le comportement de la France dans le conflit qui oppose le Cameroun à la secte obscurantiste Boko Haram ressemble étrangement à la danse Bafia. Cette danse patrimoniale camerounaise où les danseurs font deux pas en avant et trois pas en arrière. On a l’impression que les danseurs avancent alors qu’en réalité, ils reculent.

Lors du sommet sur la sécurité au Nigéria, qui a réuni au mois de mais 2014 à l’Elysée la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et cinq pays d’Afrique centrale et de l’Ouest, au lendemain de l’enlèvement coup-de-poing de 223 lycéennes nigérianes par cette secte, François Hollande a appelé à établir “un plan global” pour “échanger les informations, coordonner les actions, contrôler les frontières et agir de façon appropriée” contre Boko Haram, qualifié de “menace majeure” dans la région. plus concrètement, le président français a martelé que «Nous devons, non pas discuter avec ces groupes, mais les combattre».

Après ces déclarations tapageuses, le président Français est entré dans les sissonghos, comme on dirait au pays. En effet depuis que Boko Haram, plus fort que jamais est devenu plus percutante, plus meurtrière, plus barbare aussi, la voix de la France s’est éteinte. L’on a espéré que le dispositif français en Afrique centrale, particulièrement en République centrafricaine pouvait être réorganisé pour donner un coup de pouce décisif aux forces nationales camerounaises qui se battent contre Boko Haram, en vain.

Depuis, en dehors quelques fois d’un semblant de soutien verbal, la France est restée étrangement à l’écart de ce combat comme un maitre qui laisse ses deux esclaves se battre sachant que quelque soit le vainqueur, c’est lui qui gagne. Il n’en fallait pas plus pour que les observateurs trouvent bizarre l’attitude de la France. Et les démentis de Christine Robichon n’ont fait qu’aggraver la conviction des uns et des autres que la France a quelque chose à voir avec la puissance soudaine et stupéfiante de Boko Haram. Une secte qui hier fuyait devant l’armée nigériane mais qui aujourd’hui non seulement inflige des cinglants revers à l’armée nigériane, mais bien plus, mène la guerre sur cinq fronts simultanément.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La venue de Laurent Fabius au Cameroun qui disait venir appeler à un soutien international plus large, n’a pas apporté une amélioration de la position de la France. Pour ces gens-là, il n’est pas question d’implication directe dans la guerre contre Boko Haram. On se demande bien pourquoi. Avec tous les accords de coopération secrets et officiels qui existent entre nos deux pays. Plus le chef de la diplomatie française a souligné que la lutte contre Boko Haram commence par une action des autorités nigérianes, et ce au moment où les autorités nigérianes disent être dépassées et crient au secours en direction des Etats unis d’Amérique qui jouent le même refrain que les français.

Pas question d’aller sur le terrain d’où cette remarque de Goodluck Jonathan qui présentant les Etats-Unis comme un pays allié estime ce sont, « nos amis. Si le Nigeria a un problème, eh bien j’attends des Etats-Unis qu’ils viennent nous aider… Est-ce qu’ils ne sont pas en train de combattre l’EI (le groupe Etat islamique) ? Pourquoi ne viennent-ils pas au Nigeria ? ». De fait, on peut poser cette question à François Hollande : « pourquoi la France ne vient-elle pas aider le Cameroun ? Cette attitude de la France et des Etats unis contribue à mettre de l’eau au moulin de ceux qui croient que « la face cachée de l’impérialisme prédateur des Etats-Unis ». De quoi aussi renforcer la conviction de ceux qui affirmer depuis que si France n’est pas le commanditaire de Boko Haram où sil elle n’est pas partie prenante dans cette entreprise avec Barak Obama, au moins elle sait exactement qui est Boko Haram et qui est derrière cette secte, ne veut pas envoyer ses soldats au choc contre leurs propres balles.

En réalité Boko Haram dont le seul crédo au Cameroun est « mort et la destruction » agit à la manière de ces commandos de la mort du « Death Squad Program for West Africa » dénoncés par une certaine presse. Et puis, pourquoi Américains et français veulent seulement donner un coup de main au niveau des renseignements et non sur le plan purement militaire sur le terrain ? La question mérite qu’on y réfléchisse sérieusement. Dans la danse Bafia des occidentaux contre Boko Haram, la France, les Etatsunis… donnent l’impression d’avancer ensemble avec nous contre les djihadistes du diable, alors qu’en réalité ils reculent en poussant le Cameroun, le  Nigéria périr sous leurs balles.

SALIHOU SOULE Betchem

Source link

Populaires cette semaine

To Top