Features

Cameroun : Vols annulés, Faut-il fermer Camair-co ?

Ethiopie-camair-co-Cameroun

Vols annulés. Près de 200 personnes parmi les voyageurs abusés ont manifesté hier devant l’agence régionale de la compagnie aérienne à Yaoundé. Environ 200 personnes en partance pour Maroua, Garoua, Paris en France et Cotonou au Bénin, ont manifesté devant l’agence régionale de la Camair-Co, sis au quartier EligEssono à Yaoundé, ce 1er septembre 2015 entre 7 h et 10 h.

Les manifestants, tous des passagers de la compagnie aérienne nationale camerounaise, sont venus exiger leur embarcation, après plusieurs rendez-vous manqués. Sur le lieu de la manifestation, trois femmes étaient en larmes à cause de des désagréments liés à cette situation. Elles font savoir que leur vol, initialement prévu lundi soir à 21 h, a été annulé sans aucune explication. C’est à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen qu’elles étaient sensées prendre l’avion pour Paris. Munies de leur billet, elles étaient hier à l’agence CamairCo pour savoir les dispositions prises par la compagnie afin de réparer ces désagréments. Aucun responsable n’était pré- sent pour donner les explications aux passagers. L’entrée principale de l’agence est restée fermée tout au long de la manifestation. Il était impossible de savoir si les employés s’étaient enfermés à l’intérieur, ou s’ils n’étaient pas au travail.

Une situation difficile pour ces nombreux hommes et femmes qui ne souhaitent que voyager. « Personne ne nous donne l’information que nous cherchons, alors que les responsables de Camair-Co ont déjà encaissé nos sous. Je devais renouveler mon contrat de travail ce jour avec mon employeur à Paris, je suis toujours au Cameroun. Nous sommes traités dans notre pays comme des voyous. Je suis restée à l’aéroport jusqu’à 4 h du matin avec mon bébé, âgé de six mois », déclare Patricia Ong.« C’est depuis vendredi soir que j’étais sensé prendre mon vol depuis à Nsimalen, pour Paris. Je suis allé à l’aéroport, j’ai constaté que tous les passagers des autres compagnies embarquaient normalement. Le temps passait et les passagers de Camair-co étaient toujours là ; personne ne leur disait absolument rien. Nous avons attendu plus de dix heures de temps avant de nous rendre compte qu’il n’y avait aucun vol. Quatre jours après, je suis encore bloqué au Cameroun. Pire encore, je ne sais pas quand je partirai », s’exclame Daniel Akono.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Abandonnés à leur sort

Dès que les passagers abusés ont commencé à se regrouper, trois gardiens de la paix ont été dépêchés sur les lieux avec pour objectif de disperser les manifestants. « Lorsqu’une compagnie annule un vol, c’est elle qui doit prendre en charge les passagers. Je suis un expatrié, mon séjour au Cameroun a pris fin depuis vendredi dernier, mais je continue de payer les frais d’hôtel et la restauration à mes frais », s’exclame Yvan. Les passagers de vols internes n’étaient pas en reste. Le vol Qc 211 prévu hier à 8h45 minutes n’a pas eu lieu. Gisèle Ombga devait embarquer dans ce Boeing. Lundi soir, la veille du voyage, voici le Sms qu’elle a reçu de Camair-Co : « Chers passagers, le vol Qc 211 Nsimalen pour Maroua a été annulé. Nos sincères excuses ».

Les passagers en partance pour Maroua étaient tourmentés par ce Sms. « Les responsables de cette compagnie ne nous donnent aucune information rassurante», s’inquiète une jeune femme. Selon les manifestants, un autre vol Yaoundé –Maroua prévu samedi dernier n’a pas eu lieu.Après leur mouvement d’humeur, les passagers se sont rendus au ministère des Transports pour avoir les informations. L’un des passagers reçus par le secrétaire particulier du ministre des Transports affirme : « Le ministre des Transports n’était pas au courant des désagréments que nous subissons depuis vendredi. Le secrétaire particulier du ministre a appelé le chef d’agence devant nous. Ce dernier a fait comprendre que le Dja est en révision et que l’autre Boeing qui assure le transport interne n’a pas la capacité de transporter tous les passagers.

Nous sommes sortis de là sans savoir la date de voyage ». Le Jour a appris des manifestants que plus de 600 passagers dans les villes de Yaoundé, Douala,Garoua et Douala ayant acheté un billet d’avion, attendent d’être embarqués par Camair-Co.

Le Jour : Prince Nguimbous

Populaires cette semaine

To Top