Features

Cameroun – Camair-Co annonce le premier vol des MA60 à Bafoussam le 15 avril et Ngaoundéré le 22 avril

Quelques jours après l’annonce du début des activités de la nouvelle compagnie dénommée Fly Caminter, les responsables de Camair-Co annoncent, eux aussi, que la compagnie desservira dès le 15 avril prochain, la ville de Bafoussam à l’Ouest du Pays. Joint au téléphone par nos confrères de Cameroon Tribune, le Directeur Général de Camair-Co, Jean-Paul Nana Sandjo, indique qu’avec la réouverture de l’aéroport, les deux avion MA60 ont été remis en service entre Douala et Yaoundé, et effectuent de nouveau deux rotations tous les jours. Ces engins disposent désormais de quatre équipages qualifiés et exploitables, «c’est pourquoi nous lançons Bafoussam le 15 avril, puis Ngaoundéré le 22 avril et enfin Malabo et d’autres villes de la sous-région à partir du 30 avril avec les MA 60» annonce-t-il.

C’est que, avec l’arrivée sur le ciel camerounais de Fly CamInter, la concurrence s’annonce rude. La dernière-née du Groupe français Regourd Aviation était annoncée sur la desserte domestique à partir de dimanche, 27 mars dernier. Mais, Fly CamInter n’a toujours pas décollé. «Le chef d’escale de l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen assure qu’elle était pourtant programmée ce jour-là. Mais contre toute attente, les responsables ont annulé le vol qui a été reporté à une date ultérieure», apprend-on dans les colonnes de Cameroon Tribune, en kiosque mardi 29 mars 2016.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette compagnie aérienne détenue à 51% par un privé camerounais, a obtenu son certificat de transporteur aérien de l’Autorité Aéronautique du Cameroun en août 2014. Et sa flotte est actuellement composée d’un Dornier 228-212, d’un ERJ 145 et d’un ATR 72. Elle compte régler quelques soucis administratifs et être opérationnelle dans les dix jours. Jusqu’ici spécialisée dans les vols privés, Fly CamInter se propose, pour un départ, de desservir les villes de Yaoundé, Douala, Garoua et Maroua, avant d’étendre ses ailes vers d’autres localités, en fonction de la densité de la demande et de la disponibilité des aéroports.

Des ambitions identiques à celles de Camair-Co. D’ailleurs, le Ministre des Transports, Edgar Alain Mebe Ngo’o, indiquait en janvier dernier, à la veille des vols inauguraux de ces engins neufs, rétrocédés à la compagnie aérienne nationale Camair-Co, que «c’est prioritairement pour assurer les vols domestiques que le gouvernement a acquis les aéronefs MA 60 et s’est engagé à réhabiliter les différents aéroports du pays». La vétitable concurrence se fera autour des coûts de transport de chaque compagnie, du service, de la ponctualité et de la disponibilité des vols. Sommes toutes, c’est le voyageurs camerounais qui en sortira gagnant.

Sources : Cameroon-Info

Populaires cette semaine

To Top