Features

Cameroun – Terrorisme: Deux kamikazes se font exploser à Kolofata sans faire de victimes

La ville de Kolofata plusieurs fois victime des attaques de Boko Haram

Photo: (c) Archives

Deux kamikazes se sont fait exploser lundi matin, aux environs de 7h, à 200 m de Kolofata. Repérées par des membres du comité de vigilance local, les deux jeunes filles ont déclenché leurs bombes à l’entrée de kolofata, une localité du Département du Mayo Sava, Région de l’Extrême-Nord. Les deux Kamikazes sont morts après l’explosion de leurs charges. L’explosion n’a pas fait d’autres victimes, en dehors des deux kamikazes, selon une source très au fait des actes de la secte islamique dans la Région.

Les autorités administratives ont aussitôt été alertées, sur l’attentat suicide manqué. En fin de semaine dernière, un homme suspecté d’appartenir à Boko Haram a été arrêté par une patrouille de l’armée camerounaise, à Madina, en possession d’une soixantaine de puces téléphoniques, de divers opérateurs. Selon des sources médiatiques, les puces étaient destinées aux islamistes de la secte nigériane, Boko Haram, qui a fait allégeance à l’Organisation État islamique et se fait désormais appeler «État islamique en Afrique de l’Ouest».

Kolofata, petite ville du Département du Mayo-Sawa située à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec le Nigeria, a été à plusieurs reprises martyrisée par Boko Haram. La première attaque a eu lieu le 27 juillet 2014. Ce jour-là, les islamistes de Boko Haram ont mené dans la ville l’une des incursions les plus audacieuses qu’ils aient jamais perpétrées en territoire camerounais. Des hommes armés avaient pris d’assaut les résidences de personnalités de la localité, dont celle du vice-Premier Ministre, en charge des relations avec les assemblées, Amadou Ali.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Plusieurs occupants avaient été tués, et l’épouse du vice-Premier Ministre enlevée avec une quinzaine d’autres personnes. L’attaque avait à l’époque été qualifiée par le gouvernement d’«agression brutale et d’une violence inqualifiable». Quinze personnes avaient été tuées.

Le 13 janvier 2015, Boko Haram s’invitait à nouveau dans la ville, mais l’attaque, massive, a été cette fois repoussée par les forces de défense camerounaises. Le Gouvernement avait ensuite annoncé dans un communiqué que les forces armées avaient tué 143 islamistes pendant les combats et saisi un important arsenal de guerre.

En mars 2015, l’armée camerounaise déclarait avoir déjoué une nouvelle attaque de l’organisation jihadiste en attaquant ses positions en territoire nigérian. Le 13 septembre 2015, un double attentat s’est produit en matinée à Kolofata, et a fait au moins 11 morts, dont les deux kamikazes présumés et 21 blessés dont cinq graves.

Le 8 janvier 2016, un kamikaze s’est tué en faisant sauter sa charge dans une mosquée du quartier Ganse. L’explosion n’avait fait que deux blessés graves. Depuis quelques mois la ville connaissait une relative accalmie grâce à la présence renforcée de l’armée camerounaise jusqu’à ce nouvel attentat lundi matin.

Onana N. Aaron

Sources : Cameroon-Info

Populaires cette semaine

To Top