Features

Cameroun – Tabagisme maternels: Les bébés des fumeuses dépendant à l’âge adulte

D’après les spécialistes, fumer durant la grossesse comporte un certain nombre de risques. Notamment, les risques de fausses couches spontanées sont multipliés par 3 en moyenne chez les fumeuses. Il peut être plus élevé chez les fumeuses de plus d’un paquet par jour. Le tabagisme est considéré comme la première cause d’accouchement prématuré. Le risque d’avortement spontané est multiplié par 2; de même que le risque de faire une grossesse extra utérine. En outre, les autres substances chimiques contenues dans la fumée sont néfastes au développement du fœtus. Ces effets peuvent concourir à un retard de croissance intra-utérin (Rciu) qui affecte le poids du bébé, sa taille, son périmètre crânien. Ils peuvent être graves lorsque le bébé naît prématurément. On note aussi le syndrome de mort inattendue du nourrisson, un risque de troubles du déficit de l’attention et de comportement.En dépit de ces risques, 30 femmes sur 100 continuent de fumer pendant leur grossesse. Souvent sous l’effet du stress. Une étude du Miriam Hospital (Providence), qui a suivi leurs enfants sur 40 ans, révèle un risque supplémentaire de l’exposition prénatale au stress maternel, celui de dépendance à la nicotine plus tard dans la vie. L’étude, qui a suivi 1.086 femmes enceintes, mesuré leurs niveaux d’hormones cortisol et testostérone et évalué leur tabagisme, puis suivi les enfants de ces femmes (649 filles et 437 garçons) durant 40 ans, confirme également que les bébés nés de mères qui fumaient pendant leur grossesse ont bien un risque accru de dépendance à la nicotine à l’âge adulte. « En fait l’étude identifie la voie du risque de dépendance à la nicotine et suggère que le tabagisme maternel et des niveaux élevés d’hormones de stress ont un effet conjoint multiplicateur d’augmentation du risque », relève un article de Santé.log sur le sujet.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Même exposée à la fumée des autres

Seulement seules les filles semblent concernées. Car chez les hommes, aucun lien n’est identifié entre l’exposition prénatale à des niveaux de cortisol élevé et à l’exposition in utero au tabagisme maternel et le taux de dépendance à la nicotine. Les filles auraient donc une vulnérabilité toute particulière au stress et au tabagisme maternel pendant la grossesse. Les chercheurs suggèrent des différences selon le sexe, de régulation des hormones de stress dans le placenta et d’adaptation aux expositions environnementales.

Afin de limiter les risques, la grossesse devrait être un élément motivant pour arrêter de fumer. L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes, France) va plus loin en recommandant aux femmes enceintes d’éviter les atmosphères enfumées. Car justifie-t-on ici, l’exposition d’une femme enceinte à la fumée des autres que ce soit au cours d’une soirée, à la maison… a un effet équivalent à un petit tabagisme maternel. Dans la mesure où, les produits chimiques contenus dans la fumée du tabac inhalée par la mère passent dans le sang de celle-ci donc dans celui du fœtus. Voilà qui rappelle l’urgence d’une loi anti tabac au Cameroun pour par exemple protéger la santé des fumeurs passifs, à travers la création d’espaces non-fumeurs dans les lieux publics.

Nadège Christelle BOWA 

Populaires cette semaine

To Top