Features

Cameroun – Suzanne Kalla Lobe : «La liberté de presse se porte plutôt bien au Cameroun»

 Membre du Conseil national de la Communication (CNC), Suzanne Kalla Lobe a été appelée, par Radio Equinoxe, à s’exprimer sur la situation de la liberté de presse au Cameroun, mardi 3 mai 2016, au moment où l’on célèbre la Journée mondiale de la Liberté de la presse. Celle qui revendique 25 années d’ancienneté dans l’espace médiatique camerounais constate que les conditions d’expression des opinions sont de  plus en plus étendues dans le pays.

«Les positions politiques et idéologiques des différents acteurs de la société camerounaise sont exprimées à travers les différents médias. Je considère que, de ce point de vue, il y a des avancées énormes et que nous avons beaucoup évolué. Je ne considère pas qu’il y ait une restriction, je pense au contraire qu’on peut discuter et débattre, même si j’ai constaté ces derniers temps une petite frilosité des autorités administratives par rapport aux manifestations. Mais du point de vue des contenus, je trouve que la liberté chez nous se porte plutôt bien, avec ses contradictions, avec ses conflits, avec ses difficultés», a-t-elle indiqué.

Relancée sur le dernier classement (2016) de Reporter Sans Frontière, attribuant la 126e place au Cameroun sur 180 pays en matière de respect de la liberté de presse, Suzanne Kalla a formellement botté en touche le travail présenté par cette organisation internationale dont elle dit ne pas comprendre les indicateurs et les critères.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«Les indicateurs d’expression des organisations internationales sont toujours un peu ambigus et difficiles à comprendre. Je ne me réfère pas à eux pour décider de la manière dont mon pays évolue. Je sais comment les choses avancent dans le monde et je ne considère pas nécessairement que ça soit des référentiels sur lesquels je peux m’appuyer, étant donné mon expérience sur le terrain, après 25 ans. Ils sont libres, je ne sais pas quels sont leurs indicateurs, je ne sais pas quels sont leurs critères, mais il est clair qu’on ne s’entend pas sur les critères», a-t-elle martelé.

Concernant les décisions du CNC de plus en plus contestées ces derniers temps, Kalla Lobe n’est pas passé par quatre chemins pour dénoncer «des confrères qui n’acceptent pas d’être interpellés dans le cadre de leur propre métier, dans le cadre de leur déontologie et éthique et qui essaient de trouver des astuces pour pouvoir s’en sortir». A l’en croire, plusieurs journaux frappés sont obligés de trouver des subterfuges pour paraitre. Elle cite l’exemple du journal «Aurore Plus» qui, transgressant la loi, «apparait comme Aurore».

«Ceux qui veulent entrer dans le combat et qui considèrent que le Conseil est là pour nuire à la liberté d’expression sont peut-être des maraudeurs de la liberté d’expression et d’opinion. Ils ne sont pas capables d’assumer leurs propres turpitudes», a-t-elle décoché, tout en reconnaissant au passage que les décisions de justice en défaveur du CNC dans plusieurs affaires fragilisent l’organisation. Cette année, la Journée mondiale de la Liberté de la Presse se célèbre sur le thème: «Accès à l’information et aux libertés fondamentales».

Sources : Cameroon-Info

Populaires cette semaine

To Top