Features

La Douane et la police se disputent 200 millions saisis au Nord

FCFA-biellets-de-banque-PME-Boko-Haram

Un commerçant transportant plus de 200 millions de FCFA, a été interpellé il y a deux mois non loin du Nigeria. La Douane qui a effectué la saisie et la police où se trouve actuellement les fonds, se disputent les dividendes.

La révélation de l’Œil du Sahel est un peu gênante pour les services de la Douane et de la police camerounaises. Le bihebdomadaire informe que les deux administrations ne s’accordent pas sur les bénéfices d’une saisie de plus de 200 millions de FCFA effectuée il y a deux mois non loin du Nigeria.

Il s’agit d’une affaire qui remonte au 30 décembre 2015. Le journal indique que ce jour, « les agents de la Brigade des douanes du Mayo-Louti, en service au poste de contrôle de Dourbey, localité du Mayo-Louti située à environ 60 km du Nigeria, mettent la main sur un individu nommé Ama Adama. Ce dernier en provenance du Nigeria, a sur lui une somme de 221 670 000 Fcfa. Les gabelous trouvent la somme trop importante pour qu’un individu la transporte aussi légèrement ».

Ils interpellent le suspect et le mettent à disposition des autorités. A la demande du gouverneur du Nord, Ama Adama est conduit à la Division régionale de la police judiciaire de Garoua par le commissaire spécial de Guider, Emmanuel Jean Serge Abessolo, pour les besoins de l’enquête. La police cherche à savoir si le concerné n’a pas de lien avec la secte Boko Haram ou tout autre lien qui pourrait menacer la sécurité.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’Œil du Sahel affirme qu’après des enquêtes, il s’avère qu’Ama Adama est comme il l’avait fait entendre le jour de son arrestation, un commerçant domicilié à Touboro qui revient du Nigeria où il a écoulé sa marchandise. Ce dernier est libéré, mais son argent reste entre les mains de la police. « Parce que d’après les textes, cette somme ne peut plus être retournée au concerné intégralement. Car d’après le code CEMAC, la loi des finances et le code douanier de la CEMAC, une amende pouvant aller jusqu’à 30% du montant est imputé à l’individu qui a été saisi en possession de devises non déclarées ».

Si l’argent reste bloqué à la police, les services de la douane n’en démordent pas. Une source en service à la direction de cette administration confie au journal qu’«à partir du moment où c’est la douane qui a saisi cette argent, elle est en droit d’attendre qu’on lui reverse une amende douanière de 30%, soit la somme de 66 501 000 Fcfa. Peu importe la prochaine destination de ces fonds. A ma connaissance, au niveau de la douane, cette amende reste toujours attendue. Les services de la région du Nord nous ont rendu compte de l’évolution de l’affaire on continue simplement d’attendre, s’ils sont saisi pour paiement nous seront informés». Affaire à suivre.

Jean-Marie Nkoussa

Populaires cette semaine

To Top