Features

Cameroun-Nigeria ce qui manque pour une parfaite coordination de nos armées

Boko-Haram-BIR

La coordination entre les armées camerounaises et nigérianes s’est nettement améliorée dans les zones frontalières où sévit le groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Boko Haram). Les relations entre les deux pays ont longtemps été envenimées par la dispute au sujet de la péninsule de Bakassi.

Mais la coopération tactique militaire a été facilitée par la reprise de relations diplomatiques plus cordiales et le déplacement, à peine après son investiture, du président nigérian Muhammadu Buhari au Cameroun fin juillet. Les contingents camerounais ont appuyé la progression de l’armée nigériane qui a chassé Boko Haram de plusieurs localités ces dernières semaines. Notre reporter s’est rendu à la frontière entre le Cameroun et le Nigeria, entre Amchidé et Banki.

Amchidé est une ville fantôme. Elle a subi plusieurs assauts menés par des hordes d’insurgés. De hautes herbes ont poussé dans l’allée, bordée des magasins abandonnés, du marché central qui aujourd’hui ressemble à un studio de cinéma. De l’autre côté de la frontière, c’est Banki, libérée le 25 septembre par l’armée nigériane, en liaison étroite avec le Cameroun.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Il a fallu une très bonne coordination », explique un capitaine au sein du Bataillon d’intervention rapide (BIR), l’unité d’élite du Cameroun. « Il fallait que nous soyons avertis de leurs tirs pour ne pas être surpris, alors que Nigérians progressent de Bama a Banki, et qu’en cas de besoin, on essaie de réorienter leurs tirs pour protéger nos populations. Nous avons été en permanence en communication avec ces forces au point où, à l’issue de la reconquête de l’armée nigériane à Banki, nous avons pu faire une jonction à Banki. Nous y sommes allés avec nos hommes, et nous avons pu faire des échanges que ce soit sur le plan tactique que sur le plan des besoins ».

Pas de droit de poursuite

Les contingents camerounais n’ont pas le droit de poursuite pour prendre en chasse des combattants insurgés, qui après des incursions au Cameroun, se replient au Nigeria. D’après des indiscrétions, le gouvernement camerounais n’y tient pas absolument, car cela implique que l’armée nigériane ait, elle aussi, le droit de franchir la frontière. La méfiance reste de mise, mais elle n’empêche pas une certaine mutualisation des efforts.

Dior Niang 

Populaires cette semaine

To Top