Features

Cameroun – Lions Indomptables: Il faut appeler Pierre Womé Nlend en renfort

Après une carrière professionnelle bien remplie en Europe, l’arrière gauche camerounais revenu dans son club de cœur, Canon sportif de Yaoundé, reste une valeur sûre pour ce poste au sein de l’équipe nationale du Cameroun.

Il aurait mieux fait de se taire. Volker Finke, l’entraîneur sélectionneur de l’équipe nationale de football senior du Cameroun, les Lions indomptables. Le technicien allemand, qui séjourne actuellement au Cameroun, pour examiner avec les autorités locales (ministère des Sports et de l’Education physique, Fédération camerounaise de football et présidence de la République), le programme de préparation des Lions indomptables pour le match contre la Tunisie prévu le 17 novembre au stade Ahmadou Ahidjo comptant pour les barrages retour du Mondial Brésil 2014, a clairement indiqué qu’aucun joueur du championnat camerounais n’avait le niveau requis pour la sélection nationale.

«J’ai déjà regardé sept ou huit matches du championnat et je peux dire que c’est très difficile de trouver des pépites. J’ai aussi regardé des matchs de l’équipe nationale A’ et je dois dire que ce n’est pas tout à fait ça. J’ai repéré quelques joueurs, mais on ne peut pas déjà dire que c’est des joueurs qui vont défendre les couleurs du Cameroun. C’est vraiment difficile», a déclaré Volker Finke, jeudi, après avoir assisté au match Canon – Astres de la 24° journée Elite one.

Des pépites, il y en a pourtant. A l’exemple de Pierre Womé Nlend, capitaine et arrière gauche du Canon sportif de Yaoundé. Selon les analystes sportifs, ce joueur est l’un des meilleurs éléments du championnat de football professionnel. Même son âge (34 ans) ne saurait être une pesanteur. Son expérience et sa lecture de jeu peuvent être d’un véritablement apport aux Lions indomptables aussi bien dans la campagne des éliminatoires, qu’en phase finale du Mondial entre juin et juillet 2014 au Brésil.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’ex-coach du Cameroun, Jean-Paul Akono, l’avait essayé à plusieurs reprises, avec satisfaction. On ne comprend donc pas pourquoi Volker Finke essaye d’endormir le public sportif camerounais en affirmant qu’il n’y a aucune pépite au niveau local. Contrairement aux anciens internationaux qui préfèrent galérer sur le vieux continent à la fin de leur carrière professionnelle, Pierre Womé Nlend a choisi d’apporter son expérience à ses jeunes frères.

Dans le Canon sportif de Yaoundé, il brille par une discipline de fer et surtout des performances dignes d’un guerrier. Ancien champion d’Afrique 2000 et 2002 et également médaillé d’or olympique en 2000 Sidney, c’est à la fois un excellent tireur de penalty et de coups francs, auteur de plusieurs buts en championnat depuis deux saisons. Ses réalisations ont permis au Canon de jouer les premiers rôles en championnat national, alors que le club de Nkolndongo avait auparavant échappé plusieurs fois à la relégation.

En un mot, Wome reste un joueur compétitif, un gladiateur, prêt à mettre son expérience au service de la nation. Le malheur de Pierre Womé, c’est peut-être d’avoir manqué un penalty crucial le 8 octobre 2005 à Yaoundé, lors du match contre les Pharaons d’Egypte, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde de football 2006 en Allemagne. Depuis cette date, malgré ses qualités d’homme sociable, Pierre Wome est persona non grata au sein de l’équipe nationale du Cameroun. De plus, sa mise è l’écart a été fortement encouragée par son coéquipier Samuel Eto’o Fils qui ne lui a jamais pardonné d’avoir raté un penalty.

L’un des derniers joueurs de la «Dream team» des années 2000 encore en activité à ce jour, Pierre Womé pourrait être d’un grand apport aussi bien face à la Tunisie, et, en cas de qualification, pour la phase finale de la Coupe du monde 2014. Si sur le plan sportif, il reste presque irréprochable, les lobbys et les ego surdimensionnés de certains joueurs, et la campagne de diabolisation engagée par des responsables fédéraux, du Minsep, ainsi que certains encadreurs de la sélection nationale, pourraient l’empêcher pour des raisons extra sportives, de participer à une troisième Coupe du monde après celles de 1998 et 2002.

Populaires cette semaine

To Top