Features

Cameroun: L’aviation nigériane bombarde un poste de Douane

Boko-Haram-attaque-kolofata
Un incident d’un genre particulier est intervenu à la frontière Cameroun-Nigeria, le 15 janvier 2014 aux environs de 5h du matin. Des bombes lâchées par l’aviation nigériane ont détruit plusieurs véhicules stationnés dans l’enceinte du bureau des Douanes de Limani, situé au bord de la rivière qui sépare les deux pays. Cet incident est intervenu à la suite d’échanges de tirs nourris de l’autre côté de la frontière et tout porte à croire que l’aviation, venue porter appui aux soldats nigérians, a manqué sa cible. Une enquête a été ouverte côté camerounais, par les forces de sécurité qui se sont immédiatement déportées sur les lieux.Au total, de sources sécuritaires concordantes, 11 obus sont tombés sur les locaux de la douane. Mais en dehors des trois véhicules, entièrement calcinés, l’on n’enregistre aucun dégât humain.

«J’ai entendu des coups de feu très tôt le matin. Pris de panique, j’ai transporté toute ma famille dans mon pick-up pour regagner Mora. Comble de malheur, arrivé à Limani, les obus ont commencé à tomber, Mes enfants et mon épouse pleuraient à chaude larme. Je ne peux plus retourner dans cette localité en famille», a déclaré un fonctionnaire.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon le chef secteur des Douanes de l’Extrême-Nord, Jean Marie Wetondieux, trois véhicules ont été détruits à la suite de ces bombardements. «Dès que j’ai été informé, j’ai aussitôt alerté ma hiérarchie de cet incident. J’ai rassuré également mes collaborateurs en leur disant qu’ils sont protégés par des éléments du Bir. Ensuite, je leur ai recommandé d’éviter les déplacements inutiles à l’intérieur de cette zone et d’appliquer strictement les consignes. La barrière doit être fermée dès 18 heures pour empêcher toutes transactions quelconques. Bien que nos locaux soient protégés par les éléments du BIR depuis un an et ceci à la demande du haut commandement militaire, vaut mieux respecter les consignes. Depuis l’avènement de la secte Boko Haram, tout le personnel de sexe féminin a été affecté dans d’autre unité de la région» a précisé Jean Marie Wetondieux. Au moment où nous mettions sous presse, les autorités camerounaises ont annoncé la fermeture de la frontière avec le Nigeria.

WebAdmin

Populaires cette semaine

To Top