Features

Insécurité: Le sous-préfet de Fongo-Tongo agressé par des malfrats

Fongo-Tongo
Lanyuy Harry Ngwanyi, Sous-préfet de Fongo-Tongo, est tombé dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 avril 2016 dans un guet-apens des malfrats qui venaient de passer au peigne fin le village Balevonli 8, dans la Commune de Fongo-Tongo située dans la région de l’Ouest et le Département de la Menoua, à 13 km de la grande ville de Dschang.
Selon les informations relayées par La Nouvelle Expression en kiosque mercredi 13 avril 2016, c’est au milieu de la nuit au lieu-dit «Balevonli 8», à moins de dix kilomètres de Dschang, que Lanyuy Harry Ngwanyi est surpris par des barricades posées sur la route, alors qu’il revenait des agapes offertes par un gendarme en service dans son territoire de commandement, pour célébrer la prise d’un nouveau galon.
Aussitôt est-il descendu de son véhicule pour dégager la voie, qu’il est assailli par une horde d’individus armés jusqu’aux dents, sortis de la broussaille et visiblement déterminés à le dépouiller. Après un affrontement à mains nues, le Sous-préfet a dû faire usage de son arme de service pour repousser ses agresseurs, eux aussi armés. Dans la foulée «ses bourreaux qui vont lui assener un coup de gourdin sur le crâne. Sur le champ, le sous-préfet va s’immobiliser au sol, inconscient. Les malfrats vont alors fondre dans la nature, en emportant le véhicule de leur victime», relate le journal.
Grâce aux indications du GPS, le véhicule a été localisé le lundi 11 avril 2016 à Bafoussam, précisément à l’entrée de l’hôpital régional. De sources policières, ce véhicule a été retrouvé ayant à son bord le corps du malfrat mortellement atteint pendant les échanges de tirs. Un autre qui se soignait à l’hôpital régional a été arrêté. Quant au sous-préfet, après avoir repris connaissance, il s’est immédiatement rendu à l’hôpital de district de Dschang où il a aussitôt été pris en charge.
Aux dernières nouvelles, il y était toujours interné. Mais serait hors de tout danger. Les enquêtes conjointement ouvertes par la gendarmerie et la police se poursuivent pour mettre la main sur le reste du gang qui a semé la terreur au village Balevonli 8. D’après les informations de La Nouvelle Expression, cette bande de sans scrupule a visité, durant la même nuit, toutes les maisons de ce village. Outre des objets de valeur, ils ont emporté des espèces sonnantes et trébuchantes, non sans avoir copieusement bastonné tous les réticents.
 

Populaires cette semaine

To Top