Features

12 présumés coupeurs de route abattus à l’Est

Insécurité-coupeurs-de-route-Koutaba-bagarre-gang

L’opération a été menée le 1er février dernier par la gendarmerie dans la zone de Zembé Borongo, arrondissement de Bétaré-Oya. La région de l’Est est depuis très longtemps la cible de nombreuses violences perpétrées par les coupeurs de route. Mais les forces armées de la zone de Zambé Borongo dans l’arrondissement de Bétaré-Oya, ne semblent pas se laisser dominer par la présence de ces brigands. Aussi, le 1er février 2016 au soir,  la légion de gendarmerie de l’Est a attiré des curieux  à cause de la présence des dépouilles de 12 présumés bandits de grand chemin, exposés dans l’enceinte de la légion.

Le quotidien Mutations, dans sa livraison du mercredi 3 février 2016, précise que ceux-ci sont tombés dans les filets des des éléments du Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie nationale (Gpign), conduits par le colonel Enow Eyong. En fait, c’est après avoir reçu des informations sur les activités criminelles des individus spécialisés dans l’enlèvement des personnes et vols de bétail, que les forces de maintien de l’ordre ont fait une descente sur le terrain. Les coupeurs de route seront donc par la suite,  abattus au cours de l’opération.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

D’après le journal, dans la planque des malfrats, il y a été retrouvé un arsenal de guerre dont six armes de fabrication artisanale, un AK 47, des amulettes, 15 Kg de chanvre indien, des téléphones portables, des machettes, marteaux et autres outils, pour ne citer que ceux-là. Ces armes et gadgets serviraient à intimider leurs victimes. Les présumés coupables, non identifiés, font partie d’une bande de malfrats qui sèment la terreur dans cette partie de Bétaré-Oya.

Par ailleurs, jusqu’ici, la gendarmerie de l’Est ne sait rien de leurs origines. « Mais au vu des activités criminelles attribuées aux bandes armées provenant de la Centrafrique, qui se développent dans cette zone, tout porte à croire qu’il s’agit de ressortissants centrafricains », précise le journal.

Lore E. Souhe

Populaires cette semaine

To Top