Features

Cameroun: Fusillade nocturne à Bafou

Un échange de coups de feu a eu lieu entre des bandits et des populations.Les bandits ont tiré plusieurs fois et les populations ont riposté nuit du 28 au 29 septembre 2016, dans la localité de Balepouo, plus connue comme le quartier de feu Mgr Albert Ndongmo, à Bafou, dans l’arrondissement de Nkong-Ni. Des individus armés ont en effet semé la terreur dans la résidence de Robert Kenfack, un magistrat à la retraite, entre minuit trente et une heure trente. A leur arrivée, ils ont sommé le patriarche d’ouvrir la porte « s’il ne voulait pas se faire exploser la cervelle ».

Manque de pot, le vieil homme qu’ils imaginaient fatigué était en forme et leur a tenu tête. Faisant mine de se lever pour ouvrir afin de leur faciliter l’accès à la maison, le père s’est levé et a plutôt éteint. Le temps de s’aviser, il s’est saisi de son arme. Comme ils ne le voyaient pas leur ouvrir la porte, ils ont commencé à tirer au travers de la porte. Leurs efforts pour briser la fenêtre et la porte se heurteront à la résistance de celles-ci. Aux coups de feu des assaillants, il a réagi par des coups de feu. Et cela va durer une heure environ. Ayant entendu le bruit des détonations, un habitant du quartier va entreprendre de tirer à son tour, à partir de sa concession. Des habitants sifflent et l’étau se resserre autour des brigands, qui battent en retraite et prennent la poudre d’escampette.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Alertés, le sous-préfet de Nkong-Ni ainsi que des gendarmes sont arrivés sur les lieux, alors que les malfrats, ayant échoué de briser la porte à l’aide de billes de bois et des pierres, ont fui. Dans la même nuit, des malfrats sont entrés dans la résidence du défunt Jean Teinkela, dans le même quartier. Chez cet ancien député et membre du comité central de l’Unc puis du Rdpc, ils auraient emporté une arme et des pièces précieuses. Dans la journée, des inconnus s’étaient présentés à l’épouse du gardien de cette résidence, prétendant être des envoyés de la famille, qui voulaient les clés pour prendre quelque chose dans la maison. Heureusement, elle ne les détenait pas.

F.K. via 237Online

Populaires cette semaine

To Top