Features

Le Cameroun et la France solidaires face au terrorisme

terrorisme-France

Le président Paul Biya a reçu hier au palais de l’Unité, le chef d’Etat-major des armées françaises. Plus d’une heure d’horloge ! Le temps, qu’aura duré l’audience, constitue, sans doute, un indicateur sur l’intensité des échanges.

Le président Paul Biya recevait, hier en mi-journée, au palais de l’Unité, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’Etat-major des armées françaises. Dans la délégation accompagnant le haut gradé, se trouvaient le général de brigade Vincent de Guionie, commandant des Eléments français au Gabon et Christine Robichon, ambassadrice de France au Cameroun. Au cours de l’entretien, côté camerounais, le président de la République était assisté du directeur du Cabinet civil, Martin Belinga Eboutou, et du chef d’Etat-major particulier, le général de brigade aérienne Emmanuel Amougou.

A l’occasion, le président Paul Biya a décoré son hôte, l’élevant au grade d’officier de l’Ordre de la Valeur. L’audience s’achevait ainsi dans une ambiance joyeuse, égaillée par un échange de cadeaux.

A sa sortie du palais de l’Unité, le général de Villiers s’est dit heureux d’avoir eu cette rencontre avec le chef de l’Etat, précisant que son séjour au Cameroun se situe dans le cadre d’une visite de travail. Celle-ci lui aura permis de rencontrer des autorités camerounaises dont le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense. Il se félicite de ce que le Cameroun soit un « pays clé » dans la lutte contre Boko Haram. Le chef d’Etat-major des armées françaises estime que le Monda Bakoa constitue aujourd’hui un défi majeur, un combat de longue haleine. La France étant engagée dans la bande sahélo-sahélienne et sur d’autres fronts. Il indique que son pays continuera à coopérer avec le Cameroun dans cette lutte, notamment dans les domaines du renseignement et de la formation, en vue d’assurer la sécurité dans la sous-région. C’est une condition souligne-t-il pour le développement, affirmant avec insistance qu’il ne saurait y avoir de développement sans sécurité. La pauvreté étant, à son avis, le terreau du terrorisme.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette visite au Cameroun du général de Villiers intervient au lendemain de la double cérémonie de présentation des vœux du nouvel au chef de l’Etat par le corps diplomatique et les corps constitués nationaux. Et la lutte contre le terrorisme venait en bonne place dans l’allocution du chef de l’Etat face aux chefs des représentations diplomatiques et organisations internationales accrédités au Cameroun. Il a fait le constat de cette « nébuleuse djihadiste » qui « s’est développée à partir du Moyen-Orient ». Et qui a atteint l’Afrique dont le Cameroun. Il s’est félicité de la résistance de notre pays, louant la mobilisation populaire autour des forces de défense. Avec pour résultat, la préservation de l’intégrité du territoire national et de lourdes pertes infligées aux insurgés. Lesquels, mis à mal au front, semblent se résigner pour le moment, constate le chef de l’Etat, « à la tactique abjecte des attentats-suicides ». Le président Paul Biya tournait cette page de son discours en se réjouissant de ce que ma Force multinationale mixte soit déjà opérationnelle et active sur le terrain.

Monda Bakoa

Populaires cette semaine

To Top